Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Le Tribunal fédéral (TF) a confirmé la peine de prison d'un individu qui menait un double jeu. Apathique le jour face aux médecins qui lui avaient reconnu le droit à une rente AI, cet individu jouait les gros bras et forçait les coffres-forts la nuit.
En 2001, il avait causé un accident de circulation. Victime du coup du lapin, il avait obtenu de la SUVA et de l'AI 330'000 francs d'indemnités. Ausculté par les médecins, cet homme s'était montrait amorphe, le regard perdu dans le vague.
Cette apathie apparente ne l'avait pas empêché d'être l'un des maillons les plus actifs d'une bande de malfrats qui a perpétré une série de cambriolages entre 2002 et 2006 dans des immeubles, des bureaux de poste et des locaux de chantiers de la région zurichoise.
Selon les rapports de police, cet individu a fracassé des portes, arraché des coffres-forts, les a déplacés et transportés avant de les forcer et de les vider de leur contenu.
En novembre dernier, le Tribunal cantonal de Zurich l'a condamné à trois ans et trois mois de prison pour vol commis en bande et par métier, dommages à la propriété et violation de domicile, à quoi s'ajoute l'escroquerie au préjudice des assurances, qu'il a trompées en usant de toute une mise en scène.
En dernière instance, le TF confirme la sanction. Il juge qu'il n'y a aucune raison de revoir la sanction à la baisse, même si le malfrat prétend être devenu dépendant à la cocaïne et aux anti-douleurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS