Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les trois accusés du triple meurtre de Granges (SO) en juin 2009 écopent d'une peine de prison à perpétuité. Le Tribunal de Soleure-Lebern les a reconnus coupables de l'assassinat d'un couple de 60 et 55 ans ainsi que de sa fille de 35 ans dans l'appartement familial.

Dans leur jugement rendu vendredi, les juges soleurois ont retenu contre les trois prévenus les chefs d'accusation d'assassinats, brigandage qualifié, préparatifs d'assassinat et de brigandage. Selon eux, les deux hommes condamnés, âgés de 27 et 35, ont tué et dévalisé les trois membres de la famille installée à Granges. Leur complice - une femme âgée de 51 ans - a commandité l'assassinat.

Le tribunal a donc suivi le réquisitoire du procureur qui réclamait la peine prononcée. L'avocat de l'accusé de 27 ans avait demandé une peine limitée à 12 voire 16 ans.

Appel

Le défenseur de son complice ne s'était pas prononcé en la matière. L'avocat de la prévenue demandait que sa cliente soit relaxée des principaux chefs d'accusation et que sa peine soit assortie d'un sursis.

Elle a été mise en détention à l'issue du jugement en raison des risques de fuite. Les deux assassins s'y trouvaient déjà. Les avocats des trois accusés ont annoncé qu'ils feraient appel du jugement.

Tireuse de ficelles

L'ancien sportif d'élite de 35 ans et le cuisinier de 27 ans avaient fait des aveux complets lors du procès qui s'est déroulé début mai. Cerveau du triple assassinat selon la Cour, la femme de 51 ans a toujours nié avoir dirigé les opérations, déclarant avoir simplement conseillé les deux hommes.

Faux, estime la Cour. La complice ne s'est pas contentée de prodiguer des conseils aux deux assassins. Elle a tiré les ficelles. Pour preuve, la quinquagénaire a caché les armes du crime et aidé les deux hommes à brûler leurs habits ainsi que des instruments utilisés lors du crime.

Les deux prévenus devaient 20'000 francs à la femme. Ils estiment avoir été mis sous pression par cette dernière pour qu'ils commettent leur crime.

ATS