Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Libye n'a pas les moyens de contrôler le flux des "plus de 1000" migrants qui arrivent chaque jour dans le pays dans l'espoir de gagner l'Europe, a affirmé le général libyen en charge de cette question. Pendant des années, la Libye a été une plaque tournante pour des centaines de milliers d'Africains qui souhaitaient émigrer clandestinement en Europe.

Selon lui, le pays manque d'équipements (hélicoptères...) et de moyens humains pour contrôler ses vastes frontières terrestres et maritimes où sont pour l'heure déployés quelque 16'000 soldats, pour moitié d'anciens rebelles.

Jusqu'à sa chute en octobre, l'ancien dictateur Mouammar Kadhafi avait utilisé la question des migrants pour faire pression sur l'Occident et réclamer d'importantes sommes pour tenter de réguler leurs flux.

Le nouveau pouvoir à Tripoli a alloué 1,5 milliard de dinars (1,1 milliard de francs) pour assurer la sécurité de ses frontières mais pour l'heure seuls 105 millions ont été débloqués et n'ont pas encore été dépensés, a assuré le général.

ATS