Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un adolescent canadien de 16 ans a été condamné mercredi à trois ans de détention, dont un avec sursis, pour notamment avoir tenté de rejoindre l'Etat islamique (EI) en Syrie. Il avait été arrêté après que ses parents avaient alerté la police sur sa dérive djihadiste.

Le jeune homme, originaire d'Algérie, avait été déclaré coupable en décembre "d'avoir commis une infraction au profit ou sous la direction d'un groupe terroriste", ainsi que "d'avoir tenté de quitter le Canada dans le but de participer à des activités d'un groupe terroriste".

Armé d'un couteau, il avait dérobé 2200 dollars canadiens (1600 francs) dans une épicerie en octobre 2014 afin de financer son projet de se rendre en Turquie, puis en Syrie.

Le tribunal de la jeunesse de Montréal l'a condamné mercredi à 24 mois "de placement et de surveillance en milieu fermé" et à un an de sursis.

Soixante djihadistes de retour

"La peine doit être purgée consécutivement à celle qu'il purge actuellement pour la perpétration d'infractions criminelles connexes qui font l'objet de poursuites par la province de Québec", a indiqué dans un communiqué le service des poursuites pénales du Canada, sans préciser la nature du premier délit.

L'adolescent radicalisé par la propagande djihadiste avait été en contact sur les réseaux sociaux avec l'auteur d'une attaque ayant entraîné la mort d'un militaire au Québec en octobre 2014. Cette attaque avait été commise quelques jours avant qu'un autre jeune Canadien n'assassine un militaire à Ottawa, puis soit tué dans le Parlement fédéral par les forces de l'ordre.

Selon l'agence canadienne de renseignement, une soixantaine de Canadiens sont revenus dans leur pays après avoir rejoint à l'étranger les rangs d'organisations classées "terroristes" par Ottawa, et 180 autres y sont toujours engagés, surtout en Irak et en Syrie.

ATS