Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Un jury de Kingston, dans la province canadienne de l'Ontario, a condamné dimanche à la prison à vie trois Canadiens d'origine afghane. Un père, sa femme et leur fils ont été reconnus coupables d'avoir tué quatre autres membres de leur famille dans ce qui est, selon l'accusation, un "crime d'honneur".

Au terme de près de deux jours de délibérations, Mohammad S. 58 ans, sa femme, 41 ans, et leur fils Hamed, 20 ans, ont été reconnus coupables d'avoir assassiné en juin 2009 les trois filles du couple et la première femme de Mohammed S., qu'il avait répudiée parce qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant.

Les trois accusés écopent d'une peine de prison à vie sans possibilité de liberté conditionnelle pendant 25 ans. Ils avaient tous plaidé non coupable.

Le juge, Robert Maranger, s'adressant aux condamnés, a estimé que "les raisons apparentes de ces honteux meurtres de sang-froid sont que les quatre innocentes victimes offensaient votre conception tordue de l'honneur", une "notion de l'honneur malsaine qui n'a pas sa place dans une société civilisée".

Confondus grâce à un micro

Les corps des victimes ont été trouvés le 30 juin 2009 dans une voiture immergée dans une écluse près de Kingston. L'autopsie a établi qu'elles étaient mortes noyées.

Selon la famille, la fille aînée, qui n'avait pas de permis de conduire, aurait pris la voiture sans autorisation et fini par tomber dans le canal. Mais des écoutes téléphoniques mises en oeuvre peu après ont permis d'enregistrer une phrase du père de famille disant à ses complices présumés: "Rien n'est plus précieux que notre honneur".

La police a convoqué la famille à Kingston et a utilisé cette visite pour installer un micro caché dans leur voiture. Ainsi, elle a entendu le père qualifier ses filles mortes de "traîtresses" et la mère déclarer: "Que le diable aille déféquer sur leurs tombes".

Enfin, elle a découvert que le fils avait fait des recherches sur Google avec la phrase "où commettre un meurtre" et étudié sur Internet différents plans d'eau dans les environs de Montréal, Ottawa et Kingston.

ATS