Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Trois candidats sont en lice pour le poste de procureur général. Le secrétariat du Grand Conseil a annoncé mercredi avoir reçu les candidatures de l'avocat et député PLR Olivier Jornot, du juge PDC Christian Coquoz et de l'avocat et constituant UDC Pierre Schifferli.

L'élection aura lieu le 1er décembre par le Grand Conseil, Daniel Zappelli ayant démissionné en cours de mandat. Uniquement soutenu par son parti, qui compte neuf sièges au parlement, le candidat démocrate du centre fait figure d'outsider. "Le Mouvement Citoyens genevois (MCG) a d'ores et déjà écarté sa candidature", a indiqué son président Eric Stauffer, interrogé par l'ats.

En revanche, la bataille sera rude entre Christian Coquoz et Olivier Jornot, qui seront auditionnés par les 17 députés du MCG prochainement. "Nous sommes les arbitres absolus", relève Eric Stauffer. Soutenu par les Verts et les socialistes, le candidat démocrate-chrétien peut déjà compter sur 42 suffrages, tandis que le second bénéficie des voix des 31 élus libéraux-radicaux.

Ministère public en crise

Mais Pierre Schifferli pourrait se retirer in extremis. L'UDC ayant annoncé ne plus vouloir d'un procureur général libéral-radical, ses voix feraient pencher la balance en faveur de Christian Coquoz, quel que soit le choix du MCG. L'élection d'un homme du sérail aurait vraisemblablement la faveur du Palais de justice.

Le nouveau procureur général aura la lourde tâche de reprendre en main un Ministère public en crise d'ici 2014, date de l'élection générale par le peuple. Tirant la sonnette d'alarme, les quatre premiers procureurs ont démissionné début octobre. Incapable de trouver leurs successeurs, le procureur général Daniel Zappelli a jeté l'éponge un mois plus tard, une première dans l'histoire de la République.

ATS