Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Deux hommes prévoyaient de commettre un attentat à la bombe au niveau des barrières de sécurité entourant Downing street à Londres, avant d'attaquer Theresa May au couteau.

Keystone/EPA POOL/ANDY RAIN / POOL

(sda-ats)

Trois hommes inculpés de terrorisme ont comparu mercredi devant un tribunal de Londres. L'un d'eux avait fomenté un projet d'assassinat contre la Première ministre britannique Theresa May, un autre voulait faire du Prince George une cible.

Un Britannique de 31 ans arrêté le 22 novembre est accusé d'avoir publié sur la messagerie cryptée Telegram des informations susceptibles d'être utilisées pour mener des attentats, concernant des cibles potentielles comme des stades mais aussi le petit prince George, 4 ans, dont il a partagé une photo et l'adresse de l'école.

Selon l'accusation, il projetait également de se rendre en Syrie pour combattre dans les rangs du groupe djihadiste Etat islamique.

La magistrate en chef, Emma Arbuthnot, a ordonné son placement en détention lors de l'audience, durant laquelle il s'est contenté de décliner son identité, tout comme les deux autres hommes ayant comparu mercredi dans une autre affaire de terrorisme.

Engin explosif

Âgés de 20 et 21 ans, ils prévoyaient de commettre un attentat à la bombe au niveau des barrières de sécurité entourant Downing Street, avant d'attaquer Theresa May au couteau, ont rapporté plusieurs médias.

L'homme de 20 ans, originaire du nord de Londres, a été inculpé de préparatifs d'acte terroriste. Il a été placé en détention provisoire après une brève comparution devant un tribunal de Westminster. Le procureur Mark Carroll a déclaré au tribunal que le jeune homme avait prévu de lancer un engin explosif contre la résidence de la première ministre au 10, Downing Street et de profiter du chaos qui s'en serait suivi pour tuer Theresa May.

"Il prévoyait de mener cette seconde attaque avec une veste d'explosifs, du gaz au poivre et un couteau", a-t-il dit. Il a été arrêté la semaine dernière en possession d'explosifs inertes, a poursuivi le procureur.

Un complice présumé du suspect, âgé lui de 21 ans, originaire de Birmingham, a également été présenté à la justice. Il est aussi accusé d'avoir préparé un acte terroriste et aurait tenté de rejoindre le groupe Etat islamique (EI) en Libye, a dit Mark Carroll. Les deux hommes n'ont pas dit s'ils plaideraient coupables. Ils comparaîtront devant le tribunal criminel d'Old Bailey à Londres le 20 décembre.

"22 complots terroristes islamistes"

Cette information émerge alors que la ministre de l'Intérieur, Amber Rudd, a indiqué mardi que "22 complots terroristes islamistes" ont été déjoués depuis l'assassinat d'un soldat en pleine rue à Londres, en mai 2013. Neuf d'entre eux l'ont été depuis l'attentat commis en mars sur le pont de Westminster et devant le Parlement.

La ministre s'exprimait devant les députés après la publication d'un rapport sur la gestion des attentats par la police et le MI5, le service de renseignement britannique. "Le Royaume-Uni est confronté à une menace terroriste intense, laquelle est multidimensionnelle, évolue rapidement et opère à une échelle et un rythme jamais vus par le passé", a commenté la police londonienne mardi.

D'après la police, "bien plus de 500 enquêtes de contre-terrorisme sont actuellement en cours, impliquant plus de 3000 personnes". Plus de 20'000 autres ont déjà fait l'objet d'une enquête pour terrorisme dans le passé, selon la même source.

La vague d'attentats cette année, dont quatre revendiqués par l'EI, a fait au total 36 morts et près de 200 blessés. Trois des auteurs étaient connus des services de renseignement, selon le rapport.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS