Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Trois personnes sur dix conduisent après avoir bu deux verres

Selon un sondage du bpa, plus de trois personnes sur quatre sont favorables au port obligatoire du casque également pour les vélos électriques lents. Actuellement, cette obligation ne s'applique qu'aux conducteurs de vélos électriques rapides (archives).

KEYSTONE/WALTER BIERI

(sda-ats)

Plus de trois personnes sur quatre estiment que le port du casque devrait également être obligatoire pour les vélos électriques lents, selon un sondage. En outre, près de 30% admettent conduire après avoir bu deux verres d'alcool ou plus.

Le port obligatoire du casque récolte plus de soutien auprès des femmes (87%) que des hommes (70%), note jeudi le Bureau de prévention des accidents (bpa) dans un communiqué. Ce dernier rappelle que le casque est déjà obligatoire pour les vélos électriques rapides. Sont considérés comme tels, les engins qui présentent une assistance au pédalage supérieure à 25km/h.

Dans le cadre de ce sondage, 2600 conducteurs ont également été interrogés sur leurs comportements au volant. Près d'un quart admet téléphoner avec le portable à la main en conduisant. Parmi eux, la plupart ne le fait que rarement (18%). Seul 1% utilise souvent son téléphone en roulant. Ils sont en revanche plus nombreux (60%) à utiliser un dispositif mains libres, dont 16% à y avoir souvent recours.

Concernant l'alcool, près de 30% des sondés reconnaissent conduire après avoir bu deux verres ou plus, la plupart le fait rarement toutefois. Environ 5% prennent occasionnellement la route après deux verres ou plus et 1% le fait souvent. En outre, 61% des sondés admettent conduire en étant fatigué.

Guide sur le covoiturage

Le covoiturage offre une solution pour se ménager soi et l'environnement. L'Association transports et environnement (ATE) publie un "Guide pour l'autopartage privé, l'autopartage organisé et le covoiturage en Suisse", fait-elle savoir jeudi dans un communiqué.

Ce dernier fournit des conseils, souligne les points essentiels à considérer avant de mettre en place un autopartage privé. Il propose également des outils pratiques tels que des contrats-types pour l'usage commun d'un véhicule privé et une feuille de calcul des frais d'exploitation, précise l'ATE.

L'ouvrage répertorie également des plateformes d'autopartage telles que Mobility, WeeShare, 2EM ou Sharoo. Avec un taux d'occupation moyen des voitures de 1,56 en 2015, le potentiel du covoiturage est inexploité en Suisse, rappelle l'ATE.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.