Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La victime, un adolescent noir de 17 ans, ne représentait aucun danger (archives).

KEYSTONE/EPA CHICAGO POLICE/CHICAGO POLICE / HANDOUT

(sda-ats)

Les autorités de Chicago ont annoncé mardi l'inculpation de trois policiers suspectés d'avoir cherché à étouffer une bavure choquante, lors de laquelle un adolescent noir avait été abattu par un policier blanc. L'affaire avait entraîné le renvoi du chef de la police.

Les trois agents, un inspecteur et deux gardiens de la paix, faisaient partie du Chicago Police Department (CPD) au moment des faits. Ils sont poursuivis pour "faute professionnelle" et "association délictuelle en vue d'entrave à la justice".

Plus précisément, selon l'enquête d'un grand jury, ils auraient communiqué de fausses informations et auraient sciemment rédigé des rapports inexacts sur la mort en octobre 2014 de l'adolescent noir tué par un policier blanc. Ce dernier avait ouvert froidement le feu sur la victime de 17 ans, le criblant de 16 balles alors qu'il ne présentait pas de danger immédiat.

Abus policiers récurrents

Les policiers inculpés ont tenté de faire accroire que l'adolescent les avait violemment agressés avec un couteau et ont tenté d'élaborer ensemble un récit des faits confortant cette version imaginaire. Ils ont également écarté des témoignages ou des documents photographiques et vidéo contredisant leur mise en scène.

Plus d'un an s'était déroulé avant qu'une vidéo montrant le déroulement réel de cette bavure ne soit rendue publique. Cela avait provoqué une onde de choc nationale et entraîné le renvoi de Garry McCarthy, le chef de la police alors en fonction à Chicago.

"Comme de nombreux Américains, j'ai été profondément choqué par les images", avait réagi l'ancien président démocrate Barack Obama.

Le scandale avait aussi déclenché une vaste enquête fédérale, dont les résultats ont été publiés en janvier. Celle-ci a conclu que les abus policiers étaient récurrents à Chicago, troisième ville des Etats-unis, gangrenée par la criminalité. Ce rapport dénonçait notamment un "code de silence" en vigueur chez les policiers de Chicago.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS