Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En raison de ces oppositions la séance constitutive du nouveau Conseil communal (initialement prévue le 29 juin) sera reportée (archives).

KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN

(sda-ats)

Trois recours ont été déposés par des électeurs chaux-de-fonniers (NE) contre les résultats des élections communales du 5 juin dernier. Tant que l'issue du scrutin n'aura pas pu être validée, c'est l'exécutif sortant qui continuera à siéger.

Interrogée vendredi par l'ats, la chancelière communale Celia Clerc n'a pas souhaité donner d'informations sur la nature de ces recours ou leurs motifs. C'est la Chancellerie d'Etat qui devra instruire les procédures, a-t-elle précisé.

Les recours portent sur l'interdiction du vote par procuration, a indiqué à Arcinfo le vice-chancelier d'Etat Pascal Fontana, selon un courriel que l'ats a consulté. Cela laisse entendre que certains bulletins de vote n'auraient pas été remplis par les électeurs eux-mêmes, mais par des personnes tierces.

En raison de ces oppositions, aussi bien la séance constitutive du Conseil communal (prévue le 29 juin) que celle du Conseil général (30 juin) seront reportées. Le délai de recours contre la future décision de la Chancellerie d'Etat étant de dix jours, ce n'est qu'au terme de ce laps de temps que l'exécutif communal sortant pourra valider les résultats du scrutin.

Le Conseil général nouvellement élu ne pourra être convoqué - par le Conseil communal sortant - que par la suite, moyennant là encore le respect d'un délai de dix jours. L'exécutif communal sortant continuera de siéger et d'assumer ses responsabilités jusqu'à la validation du résultat des élections.

"Nous sommes sereins quant à l'issue" des procédures qui seront instruites par la Chancellerie d'Etat, a commenté Théo Huguenin-Elie (PS), président de l'exécutif sortant (et réélu le 5 juin dernier). Reste que ses collègues et lui "regrettons la paralysie des institutions engendrée par ces recours, d'autant que la ville a de grands défis à relever".

Campagne mouvementée

L'annonce des trois recours survient alors que les élections communales ont été précédées par une campagne mouvementée. L'ex-président du Conseil général, le socialiste Daniel Musy, a notamment démissionné une semaine avant le scrutin pour recouvrer sa liberté de parole et appeler à voter pour Marc Arlettaz plutôt que pour Jean-Charles Legrix.

Ce dernier a d'ailleurs été éjecté de l'exécutif le 5 juin, ne récoltant que 1984 voix, contre 2353 pour son camarade de parti UDC Marc Arlettaz. M. Legrix s'était affiché comme l'un des pourfendeurs du Musée des civilisations de l'islam récemment inauguré. Ses propos, jugés comme contribuant à inciter à la haine, avaient fait l'objet d'une résolution urgente de législatif communal.

Formé de cinq personnes, l'exécutif chaux-de-fonnier comprend actuellement, outre Théo Huguenin-Eli et Jean-Charles Legrix, Jean-Pierre Veya (POP), Nathalie Schallenberger (Verts) et Sylvia Morel (PLR). Le futur exécutif inclura Katia Babey (PS) à la place de Nathalie Schallenberger et Théo Bregnard (POP) à la place de Jean-Pierre Veya. Sylvie Morel a été réélue.

Selon une information d'Arcinfo, l'exécutif ne siégerait cependant qu'à quatre. Jean-Charles Legrix serait en effet en arrêt maladie

ATS