Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Londres - Le trafic dans le métro londonien était très perturbé mercredi en raison d'une grève de 24 heures. C'est la troisième grève en deux mois organisée pour dénoncer des suppressions d'emplois.
"Plus de 40% des rames" fonctionnaient mercredi matin, a indiqué la direction du métro de Londres, assurant que le trafic était meilleur que lors des précédents mouvements sociaux. Une affirmation démentie par le syndicat des transports RMT, qui a fait état de "11'000 grévistes" sur un total de 19'000 employés, soit le même chiffre que lors de la dernière grève début octobre.
Les syndicats qui ont appelé au mouvement, le RMT et l'Association du personnel salarié des transports (TSSA), dénoncent la suppression d'au moins 800 emplois, essentiellement aux guichets. "Si on est moins nombreux, le métro sera moins sûr pour le public et pour nos employés", a déclaré à l'AFP un porte-parole de RMT.
La municipalité de la capitale britannique, qui gère le métro, a augmenté mercredi le nombre de bus et de liaisons en bateaux sur la Tamise pour réduire les désagréments causés par la grève. Cependant, de nombreux Londoniens ont fait part de leur agacement.
Des négociations doivent se tenir jeudi entre grévistes et employeur, mais les syndicats ont d'ores et déjà prévu une autre grève fin novembre s'ils n'obtenaient pas satisfaction.
Les suppressions d'emplois dans le métro ont été décidées alors que la Grande-Bretagne vient d'entrer dans une période d'austérité: le gouvernement britannique a annoncé en octobre un plan pour éliminer la quasi-totalité du déficit public qui prévoit la baisse de 19% du budget des municipalités d'ici 2015.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS