Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il faudra encore attendre un peu plus longtemps pour voir les deux hommes se rencontrer un jour de visu.

Keystone/AP/AHN YOUNG-JOON

(sda-ats)

Le président américain Donald Trump a annulé jeudi le sommet historique prévu dans moins de trois semaines à Singapour avec le leader nord-coréen Kim Jong Un. Il a dénoncé "la colère" et "l'hostilité" du régime de Pyongyang.

C'est par un bref courrier d'une vingtaine de lignes adressé au dirigeant trentenaire que le 45e président des Etats-Unis a fait part de sa décision de renoncer au face-à-face du 12 juin, dont il avait lui-même accepté le principe, à la stupéfaction générale.

"J'estime qu'il n'est pas opportun, à ce stade, de maintenir cette rencontre", indique le locataire de la Maison Blanche dans ce texte rendu public par l'exécutif américain le jour même où Pyonyang annonçait le démantèlement de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri, dans le nord-est du pays.

Washington exige une dénucléarisation "complète, vérifiable et irréversible" de la Corée du Nord. Après plusieurs semaines de déclarations très optimistes sur ce tête-à-tête - le premier entre un président américain en exercice et un représentant de la dynastie des Kim, qui règne sur la Corée du Nord depuis plus d'un demi-siècle - M. Trump avait changé de ton ces derniers jours.

"Impatient de vous y rencontrer"

"J'étais très impatient de vous y rencontrer", explique-t-il dans sa missive qui oscille entre un certain formalisme et un ton par moments beaucoup plus direct. "Malheureusement, au regard de l'énorme colère et de l'hostilité affichée dans votre dernière déclaration, j'estime qu'il n'est pas opportun, à ce stade, de maintenir cette rencontre prévue depuis longtemps", ajoute-t-il.

"Si vous changez d'avis concernant cet important sommet, n'hésitez pas à m'appeler ou à m'écrire", ajoute le président américain. Il avait beaucoup investi d'un point de vue politique dans ce sommet, allant jusqu'à évoquer à plusieurs reprises l'hypothèse d'un prix Nobel de la paix, mise en avant par certains élus républicains.

Mettant en garde la Corée du Nord contre tout acte "irresponsable", M. Trump a ensuite assuré que l'armée américaine était "prête" à toute éventualité et que les Etats-Unis restaient déterminés à poursuivre la campagne de "pression maximale".

Le président sud-coréen Moon Jae-in, qui était à la Maison Blanche mardi, a immédiatement exprimé ses "profonds regrets". Il a convoqué jeudi une réunion d'urgence, avec notamment son chef des services secrets et son ministre de la Réunification.

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres s'est dit jeudi "profondément préoccupé" par cette annulation. Il a appelé toutes les parties à poursuivre leur dialogue pour trouver une voie "vers une dénucléarisation pacifique et vérifiable de la péninsule coréenne".

"Un jour" peut-être...

Après des mois de rapprochement et de détente diplomatique, la Corée du Nord a opéré la semaine dernière un spectaculaire retour à sa rhétorique traditionnelle, annulant une rencontre intercoréenne et évoquant la possibilité de remettre en cause le sommet.

Dans son courrier, le président américain évoque l'arsenal nucléaire américain en guise de mise en garde: "Vous évoquez votre arsenal nucléaire, mais le nôtre est si massif et puissant que je prie Dieu que nous n'ayons jamais à en faire usage", écrit-il.

Mais il laisse aussi la porte ouverte à une rencontre à une date ultérieure. "J'avais l'impression qu'un merveilleux dialogue était en train de s'instaurer entre vous et moi", écrit-il, à Kim Jung Un, assurant qu'il serait "très heureux" de rencontrer "un jour".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS