Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président américain Donald Trump a fait un très long discours, lors de la conférence CPAC, grand rendez-vous annuel des conservateurs américains.

KEYSTONE/EPA/JIM LO SCALZO

(sda-ats)

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi de nouvelles sanctions visant à isoler encore plus la Corée du Nord. Il a également suggéré que le policier armé qui n'est pas intervenu lors de la fusillade au lycée de Floride le 14 février était un "lâche".

Ces mesures sont "les plus lourdes" jamais imposées contre Pyongyang, selon ses termes. Elles visent plus de 50 sociétés de transports maritimes et navires qui aident Pyongyang "à échapper aux sanctions".

"J'espère que quelque chose de positif en sortira, nous verrons", a simplement lâché M. Trump à l'issue d'un très long discours. Il s'est exprimé lors de la conférence CPAC, grand rendez-vous annuel des conservateurs américains.

Selon le Trésor américain, ces sanctions visent un individu, 27 entités et 28 navires localisés ou enregistrés en Corée du Nord, en Chine, à Singapour, à Taïwan, à Hong Kong, aux Iles Marshall, en Tanzanie, au Panama et aux Comores. Cette annonce intervient à deux jours de la fin des Jeux Olympiques de Pyeongchang qui ont contribué à une spectaculaire détente sur la péninsule.

Le régime de Kim Jong Un est déjà visé par de nombreuses sanctions imposées par Washington et les Nations unies afin de le contraindre à renoncer à ses programmes nucléaire et balistique.

Policier "lâche"

Donald Trump a également suggéré dans son discours que le policier armé qui n'est pas intervenu lors de la fusillade au lycée de Floride le 14 février était un "lâche", ou qu'il avait peut-être été paralysé par la peur. "Ils sont entraînés, il n'a pas réagi convenablement sous la pression ou c'est un lâche", a-t-il dit.

Il a cité nommément Scot Peterson, adjoint du shérif du comté de Broward qui avait déjà été identifié jeudi soir. M. Peterson était attaché à la protection du lycée. "A coup sûr, il a fait du mauvais boulot. Il n'y a aucun doute à ce sujet", a ajouté M. Trump, disant avoir été "surpris" que les autorités aient divulgué son identité, avant d'affirmer: "Il mérite qu'elle soit publique".

Le shérif du comté de Broward, où se trouve le lycée Marjory Stoneman Douglas à Parkland, a indiqué jeudi soir que M. Peterson "se trouvait bien sur le campus (...) tout au long" de la fusillade qui a fait 17 morts. "Il était armé, il était en uniforme", a ajouté Scott Israel. Il aurait dû "entrer, aborder le tueur, tuer le tueur", a-t-il estimé. Selon le shérif, M. Peterson a démissionné après sa suspension sans rémunération.

Le gouverneur républicain de Floride, Rick Scott, a pour sa part appelé à la présence obligatoire d'un agent des forces de l'ordre dans chaque école publique de son Etat. Il a plaidé également pour un relèvement à 21 ans de l'âge pour acheter une arme à feu.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS