Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des élus démocrates et républicains ont déclaré dimanche que la note républicaine n'affecterait pas l'enquête de Robert Mueller sur la Russie (archives).

KEYSTONE/AP/ANDREW HARNIK

(sda-ats)

Des élus démocrates du Congrès ont solennellement appelé dimanche le président Donald Trump à respecter les règles de l'Etat de droit et à ne pas limoger les hauts responsables de l'enquête sur les liens entre la Russie et son équipe de campagne présidentielle.

"Si le président prend cette mesure extrême, je crains que cela ne déclenche une confrontation dont l'Amérique n'a pas besoin", a averti le sénateur démocrate Dick Durbin.

M. Trump a déclassifié, contre l'avis du FBI et des démocrates, une note très controversée et critique de la police fédérale qui décrit un abus de pouvoir présumé du FBI lors de la mise sur écoute d'un ancien membre de l'équipe de campagne du républicain avant la présidentielle de 2016.

Le président américain a ensuite assuré samedi que cette note l'innocentait dans l'enquête russe, une "chasse aux sorcières" selon lui. Certains redoutent désormais qu'il limoge le procureur spécial Robert Mueller chargé de l'enquête russe, ou son supérieur hiérarchique, le numéro 2 du ministère de la Justice, Rod Rosenstein.

Risque de crise constitutionnelle

L'opposition brandit le spectre d'une crise constitutionnelle. Les républicains affichent eux un soutien plus ou moins franc à l'égard de M. Trump. "La question actuellement est de savoir si la majorité républicaine à la chambre et au Sénat va défendre l'Etat de droit et la Constitution", a ajouté M. Durbin.

"L'objectif recherché en l'espèce (par M. Trump) est de saper le FBI, discréditer le FBI, discréditer l'enquête de Mueller", a de son côté assuré le représentant démocrate Adam Schiff.

La note publiée vendredi reproche aux enquêteurs du FBI d'avoir commis des abus afin d'obtenir le mandat d'un juge fédéral pour espionner les conversations d'un ex-conseiller diplomatique de l'équipe de campagne de Donald Trump, Carter Page. Précisément, ils auraient omis de préciser qu'un dossier à charge contre M. Carter aurait bénéficié d'un financement démocrate.

Mais M. Schiff a rejeté cette thèse, affirmant au contraire que le juge fédéral était bien conscient d'un "financement politique probable" du dossier d'investigation.

Embarras des républicains

Dans cette affaire, les élus républicains sont embarrassés, désireux à la fois de ne pas contredire le président et de ne pas s'en prendre aux hauts fonctionnaires du FBI, une institution de culture traditionnellement plutôt conservatrice.

Ainsi, le représentant républicain Trey Gowdy a écarté dimanche l'idée d'un limogeage de Rod Rosenstein. "On n'a pas toujours été d'accord avec Rod Rosenstein, (mais) je continue à penser qu'il est pleinement capable d'aider à diriger un ministère de la Justice dans lequel nous aurions tous confiance", a-t-il déclaré.

Réfutation démocrate

Pour Leon Panetta, ex-directeur de la CIA et ancien ministre de la Défense de Barack Obama, Donald Trump commettrait une "belle erreur" en écartant Robert Mueller ou Rod Rosenstein. "S'il s'en prend à eux, donnant ainsi l'impression d'entraver le processus, il causera du tort à lui-même, à la présidence et, plus grave, au pays", a-t-il mis en garde.

Des élus démocrates ont manifesté leur intention de lutter dès lundi pour que soit publiée une note qu'ils ont rédigée pour réfuter les accusations d'abus contenues dans le document rendu public par leurs adversaires républicains.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS