Navigation

Trump minimise la menace du Covid-19, et l'hypothèse de la défaite

Donald Trump a enlevé son masque à son arrivée à la Maison Blanche, après avoir été hospitalisé quelques jours. KEYSTONE/EPA/KEN CEDENO / POOL sda-ats
Ce contenu a été publié le 06 octobre 2020 - 18:33
(Keystone-ATS)

Pas encore rétabli, Donald Trump a minimisé mardi la menace du Covid-19. Il a tenté, face à des sondages alarmants, d'accréditer l'idée qu'il serait immunisé contre le virus, mais aussi contre la défaite.

"JE ME SENS BIEN!", a-t-il tweeté, se disant impatient de débattre une nouvelle fois, le 15 octobre, avec son adversaire démocrate Joe Biden. A moins d'un mois du scrutin, le président américain joue, tweets et vidéos à l'appui, la carte du dirigeant sans peur ayant dompté le virus et appelant ses compatriotes à ne pas laisser le Covid-19 les "dominer".

Au-delà de l'avalanche de critiques que ce discours suscite au sein du corps médical, il pourrait être difficilement audible dans un pays qui vient de franchir la barre des 210'000 morts. Le Covid-19 sera, en 2020, la troisième cause de décès aux Etats-Unis.

Critiqué depuis le début de la pandémie pour ses messages brouillons, ses approximations ou encore son manque d'empathie, le président semble déterminé à ne pas changer de registre. "La grippe saisonnière arrive!", a-t-il tweeté pour son premier réveil à la Maison Blanche après trois jours à l'hôpital militaire de Walter Reed.

"Allons-nous fermer notre pays? Non, nous avons appris à vivre avec, de la même manière que nous apprenons à vivre avec le Covid, qui, chez la plupart des gens, est beaucoup moins mortel!", a-t-il ajouté, au mépris des chiffres.

Selon les autorités sanitaires américaines, la grippe saisonnière n'a jamais, au cours de la décennie écoulée, atteint le cap des 100'000 morts sur une année.

16 points de retard

Pour son retour à la Maison Blanche lundi soir, Donald Trump a opté pour une grande mise en scène. Il a ainsi rappelé à l'Amérique et au monde son goût de la provocation.

Juste après sa descente de l'hélicoptère, il a grimpé les marches vers le balcon de sa résidence. Là, il a ajusté sa veste, retiré son masque et levé les pouces, dans un étrange geste de défi au moment où les cas de Covid-19 dans son entourage se multiplient.

Son avenir politique est, pour l'heure, chargé de signaux menaçants. A l'approche du scrutin du 3 novembre, les courbes sont inquiétantes pour le 45e président de l'histoire, qui redoute de devenir celui d'un seul mandat, contrairement à ses trois prédécesseurs: Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton.

Selon le dernier sondage CNN/SSRS rendu public mardi matin, il a désormais 16 points de retard (41% contre 57% d'intentions de vote) par rapport à Joe Biden. Un sondage NBC/WSJ publié dimanche le plaçait 14 points derrière son rival démocrate.

Si l'on se penche sur la carte des Etats-clés susceptibles de faire basculer l'élection d'un côté ou de l'autre, l'avance est moins nette, mais elle est réelle et constante.

"Dur à cuire"

Certes, un petit groupe de fidèles alimente le récit d'un président guerrier qui a vaincu le coronavirus et s'imposera dans les urnes dans la dernière ligne droite. "Diagnostic: dur à cuire", a tweeté lundi soir son ancien conseiller Sebastian Gorka.

"Le président Trump a une nouvelle fois vaincu la Chine", a tweeté la sénatrice républicaine du Tennessee Marsha Blackburn, avec des images du président, quittant l'hôpital. Le président qualifie le Covid-19 de "virus chinois".

Mais nombre d'élus républicains se sont d'abord fait remarquer par leur silence lorsque le président a tweeté lundi, depuis l'hôpital où il avait été admis vendredi soir: "N'ayez pas peur du Covid." En moyenne, la semaine passée, 700 personnes sont mortes chaque jour du Covid-19 aux Etats-Unis.

"Je retournerai bientôt sur le terrain pour ma campagne", a assuré lundi Donald Trump. Mais l'équipe médicale a clairement indiqué qu'une sortie de l'hôpital n'était pas synonyme d'un retour à la normale. "Il n'est peut-être pas encore complètement tiré d'affaire" et il bénéficiera à la présidence "de soins médicaux de classe mondiale 24 heures sur 24", a dit le docteur Sean Conley.

En face, Joe Biden continue lui sa campagne à son rythme. Il devait prononcer mardi un discours depuis Gettysburg, en Pennsylvanie.

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.