Toute l'actu en bref

Le décret signé par Donald Trump s'intitule "protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux Etats-Unis".

KEYSTONE/EPA Abaca POOL/OLIVIER DOULIERY / POOL

(sda-ats)

Donald Trump a annoncé vendredi avoir pris un décret en matière d'immigration prévoyant des contrôles renforcés aux frontières destinés à arrêter l'entrée éventuelle de "terroristes islamiques radicaux". "C'est du lourd", s'est exclamé le 45e président des Etats-Unis.

"Je mets sur pied de nouvelles mesures de contrôle pour maintenir hors des Etats-Unis les terroristes islamiques radicaux. Nous ne les voulons pas ici", a martelé le président américain lors d'une cérémonie au Pentagone d'investiture de son secrétaire à la défense James Mattis.

Ce décret, intitulé "protection de la nation contre l'entrée de terroristes étrangers aux Etats-Unis", était attendu depuis mercredi soir, lorsque le journal Washington Post en avait publié une copie.

"Nous voulons être sûrs de ne pas laisser entrer dans notre pays les mêmes menaces que celles que nos soldats combattent à l'étranger (...) Nous n'oublierons jamais les leçons du 11 septembre" 2001, a proclamé M. Trump.

Syriens interdits d'entrée

D'après le projet de décret publié par le Washington Post, les autorités américaines bloqueraient pendant un mois l'arrivée de ressortissants de sept pays musulmans: Irak, Iran, Libye, Somalie, Soudan, Syrie et Yémen.

Ce texte prévoirait aussi l'arrêt complet pendant quatre mois du programme fédéral d'admission et de réinstallation de réfugiés de pays en guerre. Les réfugiés syriens, qui ont fui par millions le conflit dans leur pays, mais dont seulement 18'000 ont été acceptés aux Etats-Unis depuis 2011, seraient, eux, définitivement interdits d'entrer.

Dans la foulée, le chef de la Maison-Blanche a signé un décret qui doit, a-t-il dit, lancer la reconstruction de l'armée américaine en "développant un programme pour de nouveaux avions, de nouveaux navires, de nouvelles ressources et de nouveaux outils pour nos hommes et femmes en uniforme."

Pendant sa campagne, le président Trump a promis de porter la flotte américaine à 350 navires et sous-marins dans les prochaines années, contre un objectif fixé à 310 navires par l'administration Obama, et un niveau actuel de 274 bateaux. Il a aussi promis d'augmenter le nombre d'avions de combat, et le nombre de soldats dans l'armée de terre.

Les dépenses militaires américaines, de l'ordre de 3,3% du PIB aujourd'hui, sont déjà sans égales à travers le monde. Elles sont près de trois fois supérieures à celles de la Chine, la deuxième puissance militaire mondiale, et plus de haut fois supérieures à celles de la Russie.

ATS

 Toute l'actu en bref