Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Donald Trump (entouré par son conseiller à la sécurité nationale H.R. McMaster et le vice-président Mike Pence) a rencontré la presse dans son Golf de Bedminster, dans le New Jersey.

KEYSTONE/AP/EVAN VUCCI

(sda-ats)

Donald Trump a remercié jeudi son homologue russe Vladimir Poutine d'avoir décidé de réduire la voilure diplomatique américaine à Moscou. Il a expliqué, dans un message teinté d'ironie, que cela allait permettre aux Etats-Unis d'économiser "beaucoup d'argent".

Le président russe avait annoncé fin juillet une réduction drastique des personnes travaillant dans les missions américaines, diplomates ou personnel technique, sur son sol. Il réagissait à des votes du Congrès américain, qui a décidé d'imposer de nouvelles sanctions économiques à la Russie.

"Je veux le remercier parce que nous essayons de diminuer nos dépenses et en ce qui me concerne, je suis très reconnaissant qu'il se sépare d'un grand nombre de personnes parce que maintenant nous avons de plus faibles dépenses", a déclaré M. Trump, actuellement dans le New Jersey, en semblant ironiser sur la situation.

"Il n'y a pas vraiment de raison pour qu'ils (les diplomates qui seront expulsés, ndlr) y retournent. J'apprécie grandement le fait que nous ayons été capable de réduire la facture des Etats-Unis", a insisté le milliardaire. "Nous allons économiser beaucoup d'argent."

Le personnel de l'ambassade et des consulats américains devra être réduit de 755 personnes pour être ramené à 455, soit au niveau des effectifs des représentations russes aux Etats-Unis. Cette mesure d'une ampleur inédite, qui doit prendre effet au 1er septembre, concerne l'ensemble du personnel et va donc affecter le personnel local russe.

Les commentaires du président, inhabituels dans le cadre d'une telle crise diplomatique, contrastent avec l'évaluation faite par le département d'Etat. La diplomatie américaine avait jugé la mesure "regrettable et injustifiée".

ATS