Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Sans la fermeté du président américain Donald Trump, les deux voisins coréens "ne se parleraient pas du tout à l'heure actuelle", a affirmé celui-ci s'attribuant les mérites de la relance du dialogue entre la Corée du Nord et du Sud.

KEYSTONE/EPA SIPA USA POOL/CHRIS KLEPONIS / POOL

(sda-ats)

Le président américain s'est félicité samedi de la reprise prochaine des discussions entre les deux Corées et espère que celles-ci "iront au-delà" des JO de février en Corée du Sud. D'autre part, Donald Trump se dit "absolument" prêt à téléphoner à Kim Jong-Un.

"Au moment opportun, nous nous impliquerons" dans ces discussions relancées après deux ans de tensions exacerbées, marquées par trois essais nucléaires nord-coréens et de nombreux essais de missiles, a ajouté M. Trump devant la presse à Camp David. Il s'agit d'un signe de détente diplomatique.

La rencontre intercoréenne mardi prochain doit porter sur la participation de la Corée du Nord aux jeux de Pyeongchang, qui débutent le 9 février. En signe d'apaisement, Washington et Séoul ont reporté des exercices militaires conjoints, qui alimentent chaque année les tensions dans la péninsule, et qui devaient avoir lieu pendant les Jeux Olympiques.

Ces discussions sont prévues à Panmunjom, un village frontalier où fut signé le cessez-le-feu de la guerre de Corée (1950-53). "J'adorerais les voir aller au-delà des JO", a expliqué le dirigeant américain s'attribuant les mérites de la relance du dialogue par le ton très dur adopté contre le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

Entre sanctions, menaces et railleries

Le président sud-coréen Moon Jae-In "m'a beaucoup remercié pour mes déclarations fortes" alors que les précédents dirigeants américains "avaient tout donné" au régime nord-coréen sans rien recevoir en échange, a-t-il affirmé. Sans sa fermeté les deux pays "ne se parleraient pas du tout à l'heure actuelle".

Les efforts américains pour empêcher Pyongyang de se doter de l'arme nucléaire mélangent sanctions économiques, pression diplomatique sur la Chine (principal soutien de la Corée du Nord), et menaces de destruction en cas d'attaque contre l'Amérique ou ses alliés. M. Trump y a ajouté les insultes, affublant Kim Jong-Un du sobriquet "petit homme-fusée", ou les railleries, en assurant qu'il possédait un bouton nucléaire "plus gros et plus puissant".

Il a pourtant assuré samedi être prêt à discuter au téléphone avec le dirigeant nord-coréen. "J'ai toujours cru dans les discussions", a déclaré M. Trump, espérant "arriver à une solution très pacifique et très bonne". "Si quelque chose peut ressortir de ces discussions, cela serait magnifique pour toute l'humanité", a-t-il conclu.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS