Toute l'actu en bref

Donald Trump a passé une grande partie de samedi dans un club de golf à son nom en Virginie, près de Washington (archives).

KEYSTONE/AP/EVAN VUCCI

(sda-ats)

Le président américain Donald Trump a tenté samedi de présenter un visage combatif après l'échec cuisant de son projet emblématique de réforme de la santé. Il a juré obtenir une nouvelle loi et s'attaquer sans attendre à ses autres promesses de campagne.

Le président des Etats-Unis s'est encore tourné vers Twitter pour dénoncer la loi de son prédécesseur démocrate Barack Obama, détestée des républicains. "Obamacare va exploser et nous nous rassemblerons tous et construirons ensemble une superbe loi de santé pour le peuple. Ne vous inquiétez pas!", a tonné Donald Trump, sans préciser de calendrier.

Gardant, mis à part ce message, un silence remarqué samedi, il a passé une grande partie de la journée dans un club de golf à son nom en Virginie, près de Washington. Il devait y tenir des réunions, selon son équipe, qui n'a toutefois pas précisé qui il devait rencontrer.

"Nous allons nous retrousser nos manches"

Dépêché à Scott Depot, en Virginie-Occidentale, terres conquises à Donald Trump, son vice-président Mike Pence a joué les émissaires avec un discours éminemment politique.

L'abandon de la réforme de la santé vendredi "est une victoire du statu quo à Washington (...) mais je vous promets que cette victoire ne sera pas longue", a-t-il déclaré. "Les Américains veulent la fin d'Obamacare."

Parlant à des patrons de PME, M. Pence a confirmé que le président était décidé à passer au dossier suivant de son programme: simplifier le code fiscal et baisser les impôts. "Nous allons retrousser nos manches et baisser les impôts de façon générale pour les familles, les petites entreprises et les fermes familiales", a-t-il dit.

Même s'il tente de passer rapidement à autre chose, l'échec de la réforme santé marque la deuxième fois que Donald Trump est forcé de reculer sur un grand projet en seulement neuf semaines au pouvoir, après le blocage par la justice de ses décrets migratoires.

Cette nouvelle déconvenue a fait éclater au grand jour la méconnaissance des rouages du pouvoir d'un président américain à la popularité historiquement basse à ce stade d'un mandat.

ATS

 Toute l'actu en bref