Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le procureur entend réclamer la peine capitale contre le tireur de Parkland (archives).

KEYSTONE/AP Pool South Florida Sun-Sentinel/AMY BETH BENNETT

(sda-ats)

Une amie de la famille du tireur de Parkland, qui a tué 17 personnes en février dans un lycée de Floride, a raconté mardi avoir alerté trois fois la police au sujet du jeune homme, quelques semaines avant les faits. Elle lui avait aussi interdit de prendre ses armes.

La femme était voisine de la mère adoptive du tueur et s'était liée d'amitié avec elle, avant son décès, le 1er novembre, des suites d'une pneumonie et d'une grippe. Après le décès, elle a recueilli chez elle le tireur de 19 ans et son frère, âgé de 18 ans.

Mardi, elle a expliqué avoir interdit au premier d'emporter chez elle les armes qu'il possédait. Apprenant, une fois le jeune homme installé chez elle, qu'il avait acheté une nouvelle arme, elle a demandé à son propre fils, âgé de 19 ans, d'appeler la police.

Les agents qui se sont déplacés lui ont expliqué que le jeune homme était en droit d'acheter une arme. La femme a encore appelé la police deux fois, la dernière pour faire état d'un incident qui avait opposé le tireur et son fils aîné.

Déménagement

Ce dernier avait tenté d'empêcher l'accusé de faire des trous dans les murs avec ses poings, ce qui avait provoqué une rixe entre les deux jeunes adultes.

La mère a alors appelé la police et expliqué craindre que l'accusé, qui s'était absenté, ne revienne armé pour s'en prendre à elle et à ses deux fils, dont le second avait 5 ans. Les agents lui auraient alors expliqué, de nouveau, qu'il n'y avait rien à faire légalement.

Le jeune homme a ensuite quitté définitivement le domicile, pour s'installer chez un autre couple de Parkland, quelques semaines avant la fusillade au lycée Marjory Stoneman Douglas. "J'ai fait tout ce que j'ai pu pour prévenir les autorités de ce qui pouvait arriver", a-t-elle expliqué, en larmes.

Elle a également affirmé avoir demandé, sans succès, au tireur de prendre le traitement qui lui avait été prescrit après le décès de sa mère. Elle a en outre assuré lui avoir conseillé de consulter un thérapeute, ce qu'il a également refusé. Pour elle, il était bien "malade mentalement".

Le procureur du comté de Broward a indiqué, la semaine dernière, qu'il entendait réclamer la peine capitale lors du procès du tireur.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS