Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Une copie d'une partie des vidéos tournées par Mohamed Merah au cours de ses tueries à Toulouse, a été envoyée au siège français d'Al Jazira, selon une source proche de l'enquête. L'envoi a été remis à la police judiciaire, qui a authentifié le montage.

La clé USB, remise à la chaîne de télévision qatarie et accompagnée d'une lettre, selon le site Internet du quotidien "Le Parisien", montre une partie des tueries entrecoupées de chants guerriers.

Le journal précise que le colis portait un cachet postal daté de mercredi dernier, c'est-à-dire au moment où le siège de l'appartement du tueur avait déjà débuté. "Les enquêteurs essaient de savoir si la lettre a été postée mardi soir par Mohamed Merah lui-même ou par un complice mercredi matin", ajoute-t-il.

Diffusion sur Internet

Selon une source proche de l'enquête, les policiers avaient acquis la certitude dimanche que Mohamed Merah avait préparé la diffusion des films sur Internet "en l'accompagnant d'une revendication".

Mohamed Merah a filmé l'intégralité des meurtres qu'il a perpétrés à Toulouse et Montauban. Le "tueur au scooter" a indiqué "avoir posté les vidéos tournées" sur Internet, mais on ne sait pas où et quand, avait dit le procureur de Paris.

Tractations pour les obsèques

Les obsèques et le lieu de la sépulture de l'auteur des tueries de Toulouse font actuellement l'objet de tractations, a également rapporté lundi "Le Parisien". Les autorités musulmanes redoutent que sa tombe ne devienne un lieu de pèlerinage ou la cible d'actes de vengeance.

Selon le quotidien, trois pistes sont à l'étude: un rapatriement de la dépouille de Mohamed Merah en Algérie, une sépulture anonyme en banlieue toulousaine ou un enterrement dans un carré musulman.

Le jeune Français d'origine algérienne de 23 ans, qui a revendiqué les sept meurtres commis dans le sud-ouest de la France, a été tué jeudi dernier par la police au terme d'un assaut de plus de trente heures à son domicile toulousain.

ATS