Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le djihadiste Mohamed Merah, qui a tué sept personnes à Toulouse, n'est pas l'expéditeur du montage vidéo de ses crimes, reçu par le bureau parisien de la chaîne qatarie Al Jazira. Le président français Nicolas Sarkozy a exhorté les télévisions à ne pas diffuser ces images.

Les enquêteurs recherchent qui a pu poster mercredi dernier ce courrier, contenant notamment une clé USB et une lettre de revendication manuscrite du tueur. Mais, selon les premiers éléments de l'enquête, ce "ne peut être Mohamed Merah", a-t-on indiqué de source policière. Le courrier a été envoyé "en dehors de Toulouse", a précisé la source.

La police a entre les mains le montage vidéo des tueries depuis lundi.

Vidéo pas diffusée

"On voit toutes les attaques perpétrées à Toulouse et à Montauban dans l'ordre chronologique (...). Il y a eu un mixage de musiques et de chants religieux, des lectures, des récitals de versets coraniques", a détaillé un responsable du bureau parisien d'Al Jazira, précisant que l'on entend "les cris des victimes". La chaîne a annoncé mardi qu'elle ne diffuserait pas ces images.

Mohamed Merah avait filmé chacun de ses meurtres à l'aide d'une mini caméra, habituellement utilisée par les plongeurs et sportifs de l'extrême. Les enquêteurs ont depuis vérifié que Mohamed Merah les destinait à une diffusion sur Internet, accompagnée d'une revendication.

Sarkozy annonce des mesures

Nicolas Sarkozy a reçu mardi à l'Élysée, pour les remercier, tous les services qui ont participé à la traque du tueur de 23 ans, qui se réclamait de la nébuleuse islamique Al Qaïda et qui a abattu trois militaires musulmans, trois enfants juifs et un rabbin en dix jours avant d'être lui-même tué le 22 mars lors d'un échange de tirs avec la police.

Le président français a annoncé une accélération des procédures d'expulsion pour motif d'ordre public. Il a aussi demandé à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) et la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) de vérifier "de façon approfondie" la situation de toute personne représentant un risque potentiel.

ATS