Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Mohamed Merah, qui a abattu sept personnes en France, a été discrètement inhumé jeudi soir dans le carré musulman d'un cimetière de Toulouse malgré les réticences de la ville. Le maire avait tenté de différer les obsèques de 24 heures en demandant l'arbitrage de l'Etat.

Cette confusion a suivi le refus d'Alger d'accueillir la dépouille de l'auteur des tueries de Toulouse et Montauban, signifié à la dernière minute, alors que la famille avait prévu le transfert du corps par avion à la mi-journée. Les autorités algériennes ont invoqué des problèmes de sécurité.

Une vingtaine de proches du "tueur au scooter", jeunes pour le plupart et exclusivement masculins, sont entrés peu avant 19h00 dans le cimetière de Cornebarrieu, situé dans l'agglomération toulousaine, escortés par un grand nombre de gendarmes et de policiers. Le tueur de 23 ans a été mis en terre peu après, au cours d'une brève cérémonie.

Deuxième clé USB découverte

Les investigations sur les crimes de Merah se poursuivaient jeudi. Une deuxième clé USB contenant la vidéo des tueries de Toulouse et Montauban a été retrouvée dans la poche du pantalon de Mohamed Merah après sa mort, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Les enquêteurs suivent toujours la piste d'un possible troisième homme, voire d'autres complices. Les policiers privilégient l'hypothèse selon laquelle Mohamed Merah ne faisait pas partie d'un réseau structuré mais pensent qu'il a pu être aidé au plan local par des amis ou des relations.

Relations de Merah étudiées

L'audition d'Abdelkader Merah, le frère aîné de l'auteur des tueries mis en examen et incarcéré dimanche pour complicité d'assassinats, a renforcé l'idée qu'une autre personne avait participé au vol du scooter utilisé par Mohamed Merah.

Depuis, les enquêteurs passent au crible toutes les relations du jeune homme, d'autant qu'ils cherchent à savoir qui a posté la copie de la vidéo des assassinats envoyée à la chaîne de télévision qatarie Al Jazira.

ATS