Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les partis de la coalition au pouvoir en Tunisie après les élections constituantes du 23 octobre ont signé lundi soir l'accord de répartition des principaux postes à la tête de l'Etat. Ils sont également convenus d'organiser de nouvelles élections d'ici un an.

Hamadi Jebali, secrétaire général du mouvement islamiste Ennahda (Renaissance), arrivé en tête du scrutin, dirigera le futur gouvernement de coalition. La présidence de la République est octroyée à Moncef Marzouki, chef de file du Congrès pour la République (CPR, gauche nationaliste).

Le poste de président de l'Assemblée constituante reviendra à Moustafa ben Jaafar, dirigeant d'Ettakatol (gauche laïque). Ennahda a remporté 90 des 217 sièges de la Constituante, le CPR 30 et Ettakatol 21.

Former un gouvernement

L'accord de coalition a été signé lundi soir à Tunis par Rachid Ghannouchi, qui dirige Ennahda, Moncef Marzouki et Moustafa ben Jaafar, qui dirigent les deux partis laïcs associés aux islamistes. "C'est un jour historique", a commenté M. Marzouki, évoquant "le plus beau jour de (sa) vie". Les nouveaux dirigeants tunisiens doivent à présent former le gouvernement provisoire.

Ennahda prendra les ministères de l'Intérieur, de la Justice et des Affaires étrangères, a déclaré aux journalistes un représentant islamiste, Abdelatif Mekki, en marge de la conférence de presse.

Ettakatol aurait pour sa part les ministères de l'Emploi, des Finances et du Tourisme, et le CPR ceux des Transports, des Sports et de la Réforme administrative, selon des sources politiques.

Une partie des militants laïcs de Tunisie redoutent que la coalition dirigée par les islamistes remette en question le modèle social tunisien. Ennahda s'est engagé à ne pas chercher à imposer les règles de l'islam et à respecter les droits des femmes.

ATS