Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président tunisien déchu Zine el-Abidine Ben Ali a été condamné par contumace à cinq ans de prison par la justice militaire de son pays, a indiqué mercredi une source judiciaire. Il a été notamment reconnu coupable pour des actes de torture.

Dans ce premier procès devant le Tribunal militaire permanent de première instance de Tunis, l'ancien président était jugé pour l'arrestation et la torture d'officiers de l'armée, accusés de coup d'Etat contre son régime, dont les faits remontent à 1991.

Ben Ali fait l'objet de dix-huit actions en justice, notamment pour homicides volontaires, complot contre la sûreté de l'Etat, usage et trafic de drogue. Il cumulait déjà plusieurs condamnations, allant jusqu'à 66 ans de prison, faisant l'objet d'un mandat d'arrêt international avec son épouse. Le couple s'est réfugié en Arabie saoudite.

La chambre criminelle du Tribunal a également condamné à quatre ans d'emprisonnement l'ex-ministre de l'Intérieur, Abdallah Kallal, et l'ancien chef de la sûreté, Mohamed Ali Ganzoui.

Hauts responsables aussi condamnés

Abdallah Kallal, également ancien président du Sénat, est incarcéré dans une base militaire depuis la chute de Ben Ali le 14 janvier, sous la pression d'une insurrection populaire. Quatre autres ex-hauts responsables ont également été condamnés par contumace à cinq ans de prison, chacun par la même juridiction.

Des accusations concernant l'ancien porte-parole de la présidence et l'ex- ministre de la Défense n'ont pas été retenues par l'enquête préliminaire sur cette affaire.

ATS