Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ex-président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali a été condamné mercredi par contumace à deux peines: 20 ans de prison pour incitation à la violence à Ouardanine, puis à la perpétuité pour son rôle dans la répression à Thala et Kasserine. A Sousse (est), un homme de 22 ans a succombé après les heurts des derniers jours.

Le premier verdict, énoncé par le tribunal militaire de Tunis contre M. Ben Ali a été rendu à l'aube dans l'affaire dite de Ouardanine, relative à la mort de quatre jeunes tués par balles durant les violences qui ont secoué cette ville du Sahel tunisien (est) à la mi-janvier 2011.

Dans la nuit du 15 au 16 janvier 2011, au lendemain de la fuite de M. Ben Ali en Arabie saoudite, quatre manifestants avaient été tués en tentant de s'opposer à la fuite de Kaïs Ben Ali, le neveu du président déchu, qui finalement a été arrêté le 14 mars à Sousse. Les familles des victimes ont accusé des agents des forces de l'ordre d'avoir ordonné de tirer sur les manifestants.

Une quinzaine de membres des forces de sécurité étaient également poursuivis dans ce dossier, et des peines de cinq à dix ans de prison ont été prononcées par le tribunal militaire, toujours selon TAP. Certains des accusés sont actuellement toujours en fuite.

Une des plus douloureuses affaires

Ensuite, M. Ben Ali a été condamné mercredi soir à la perpétuité pour son rôle à Thala et Kasserine, deux villes du centre emblématiques de la révolution tunisienne du printemps 2011. Il était poursuivi pour la mort de 22 personnes, tuées entre le 8 et le 12 janvier 2011 au plus fort de la répression du soulèvement.

L'affaire, une des plus douloureuses liées à "la révolution du jasmin", était jugée depuis six mois devant le tribunal militaire du Kef, à 170 km à l'ouest de Tunis.

Alors que le pays règle ses compte avec son passé, les heurts qui ont débuté lundi entre salafistes et forces de l'ordre ont provoqué mercredi la mort d'un homme de 22 ans. Il a succombé à ses blessures après avoir été atteint d'une balle dans la tête.

ATS