Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Vainqueurs des premières élections libres en Tunisie, les islamistes d'Ennahda ont insisté vendredi sur leur engagement démocratique. Des violences ont toutefois éclaté dans la ville symbole de la révolution, Sidi Bouzid. Le couvre-feu a été décrété.

"La démocratie, c'est pour tout le monde", a assuré vendredi devant la presse, à Tunis, le chef d'Ennahda, Rached Ghannouchi, qui a tendu la main à toutes les forces du pays. "On demande à tous nos frères, quelles que soient leurs orientations politiques de participer à l'instauration d'un régime démocratique", a insisté M. Ghannouchi.

Le parti Ennahda a obtenu 90 des 217 sièges à l'Assemblée constituante. Les autres formations de la gauche tunisienne - le Congrès pour la République (CPR), Ettakatol, le Parti démocrate progressiste (PDP) et la coalition du Pôle démocratique moderniste (PDM) - totalisent 73 sièges.

Couvre-feu

Vendredi, un couvre-feu a été ordonné à Sidi Bouzid (centre), où la mort d'un vendeur ambulant en décembre 2010 avait lancé la révolution tunisienne. La permanence d'Ennahda et des bâtiments administratifs, dont la municipalité et le tribunal, ont été mis à sac et pillés après l'annonce des résultats définitifs de l'élection. Les manifestations se poursuivaient vendredi.

Les tractations entre les partis ont commencé peu après le scrutin de dimanche mais ne pourront formellement aboutir qu'après la première convocation de la nouvelle assemblée élue. Cette dernière devra d'abord nommer un nouveau président de la République, qui, lui-même, désignera le Premier ministre.

Pour les femmes

M. Ghannouchi a réaffirmé son "engagement envers les femmes de Tunisie pour renforcer leur rôle dans la prise de décision politique, afin d'éviter toute marche arrière sur leurs acquis". Quarante-deux des 49 femmes élues au sein de la nouvelle assemblée sont membres de son parti, a-t-il souligné.

Pour le quotidien "La Presse", les dirigeants islamistes "doivent savoir que s'ils renient leurs engagements (...), ils trouveront en face d'eux une société tunisienne mûre, responsable et consciente de ses intérêts et de sa force".

ATS