Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les niches d'aires d'arrêt d'urgence ne seront pas biseautées dans tous les tunnels suisses, a décidé le Conseil fédéral. Réclamée après l'accident de car de Sierre, qui avait coûté la vie à 28 personnes en mars, la mesure pourrait être dangereuse pour les voitures et motos.

Le gouvernement a rejeté une motion du conseiller national Oskar Freysinger (UDC/VS) demandant que les tunnels suisses cessent de présenter des parois perpendiculaires au sens de la circulation. Selon sa réponse publiée jeudi, il serait possible d'adoucir l'angle d'une niche ou de le protéger avec des éléments en béton ou autre.

Mais en cas de collision, les voitures ou motos seraient rejetées sur la voie de circulation et risqueraient de percuter d'autres véhicules. Le danger de frotter contre la paroi, de produire des étincelles et de déclencher un incendie serait également accru. Pas question donc de généraliser le biseautage des niches.

Les exigences des normes de construction assurent un sécurité suffisante dans les tunnels routiers, répond le Conseil fédéral à une interpellation du conseiller national Fabio Regazzi (PDC/TI). Les accidents sont moins fréquents que sur les tronçons à ciel ouvert. D'éventuelles optimisations des aires d'arrêt d'urgence seront néanmoins proposées d'ici l'été, rappelle le gouvernement.

ATS