Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les services de renseignement turcs ont fait état de probables menaces de l'Etat islamique contre des missions diplomatiques (image symbolique).

KEYSTONE/AP/THANASSIS STAVRAKIS

(sda-ats)

Trois personnes ont été arrêtées à Ankara et une autre à Istanbul, dans le cadre de l'enquête sur des menaces contre les ambassades britannique et allemande, a rapporté vendredi l'agence Anadolu. Les quatre individus ne seraient liés à aucun groupe terroriste.

L'ambassade britannique à Ankara avait annoncé jeudi qu'elle serait "fermée au public le vendredi 16 octobre pour des raisons de sécurité", sans fournir plus de précisions. De son côté, l'ambassade allemande avait indiqué que ses missions diplomatiques en Turquie allaient "offrir des services limités jusqu'à vendredi", sans étayer davantage sa décision.

Selon le journal à grand tirage Bild, missions et écoles allemandes étaient fermées en Turquie en raison de craintes d'une éventuelle attaque.

Les autorités turques ont ouvert une enquête après que des services de renseignement ont fait état de probables menaces de l'organisation Etat islamique (EI) contre des missions diplomatiques, selon Anadolu. Toutefois, "il n'y a pas de preuves d'appartenance des suspects arrêtés à des organisations terroristes", a indiqué des responsables du ministère turc de l'Intérieur, cités par l'agence Anadolu.

Précaution britannique

L'ambassadeur britannique en Turquie, Richard Moore, a précisé sur le Twitter que la décision de fermeture de l'ambassade était une "précaution". Les responsables britanniques "travaillent en étroite collaboration avec les autorités turques" qui "prennent les mesures appropriées" compte tenu de menaces, a-t-il ajouté dans son message. La représentation britannique avait déjà été fermée de lundi à jeudi à l'occasion des fêtes de l'Aïd el-Kébir.

Le Foreign Office a également recommandé aux Britanniques d'éviter de se rendre à moins de dix kilomètres de la frontière syrienne ainsi qu'à Diyarbakir, principale ville du sud-est turc, une région majoritairement kurde et fréquemment cible de violences.

La Turquie a été ébranlée cette année par de nombreux attentats attribués aux djihadistes de l'EI ou revendiqués par des rebelles kurdes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS