Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les autorités turques ont dit avoir levé lundi matin le couvre-feu imposé la veille sur la ville de Cizre. Cette décision est justifiée par les opérations menées par les forces de sécurité turques contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

"Le couvre-feu imposé le dimanche 13 septembre à partir de 19h00 (18h00 en Suisse) sur le centre de Cizre a été levé le lundi 14 septembre à 7h00 (06h00 en Suisse)", a indiqué dans un communiqué le gouverneur de la province de Sirnak, sans autre détail.

Cette ville de 120'000 habitants, située près des frontières syrienne et irakienne, est devenue un symbole des affrontements qui ont repris depuis un mois et demi entre les forces de sécurité turques et le PKK dans le sud-est du pays.

Les autorités turques avaient déjà imposé le 4 septembre un couvre-feu très strict aux 120'000 habitants de Cizre, un bastion des rebelles. Il avait été levé samedi après huit jours de combats meurtriers dans plusieurs quartiers de la ville.

Bilan contesté

Une trentaine de combattants du PKK et un civil ont été tués, selon le gouvernement. Le principal parti prokurde du pays, le Parti démocratique des peuples (HDP), a contesté ce bilan et affirmé de son côté que ces affrontements avaient causé la mort de 21 civils, dont des enfants. Il a également dénoncé le blocus imposé à sa population.

Dimanche, des milliers d'habitants de Cizre ont défilé dans les rues de Cizre à l'occasion des funérailles de 16 personnes.

ATS