Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le politicien local de l'UDC zurichoise qui a rédigé un message aux accents islamophobes et nazis sur Twitter s'est excusé mercredi "face à tous ceux dont les sentiments ont été blessés". Après s'être retiré mardi soir de son parti, il a annoncé son retrait de la commission scolaire dont il était membre.

Face aux médias, Alexander Müller a admis s'être fait l'auteur de plusieurs commentaires douteux sur la plateforme Twitter. "Je le regrette beaucoup et en tire les conséquences en me retirant du parti et de tous mes mandats."

Membre du comité de la section UDC des 7e et 8e arrondissements de Zurich, le politicien de 37 ans siégeait aussi au sein de la commission scolaire du quartier huppé du Züriberg, où il réside. L'homme, qui a perdu son emploi, s'est dit "surpris" de la tempête qui s'est abattue sur lui suite à son "tweet" du week-end dernier.

Affaire réglée pour l'UDC

Le Ministère public zurichois a ouvert mardi une enquête pénale contre le "twitteur" pour infraction contre la norme pénale antiraciste. "Peut-être avons-nous à nouveau besoin d'une Nuit de Cristal... cette fois-ci contre les mosquées", pouvait-on lire le week-end dernier sur le compte Twitter du politicien.

Pour l'UDC de la ville de Zurich, l'affaire est désormais "réglée" au niveau politique, a déclaré à son tour le président de la section des 7e et 8e arrondissements Urs Fehr. "Il faudra sans doute à l'avenir garder un oeil sur les activités des membres du parti sur Twitter", a-t-il souligné.

"Au niveau humain, cet homme me fait de la peine", a ajouté M. Fehr. "Il a perdu ses fonctions politiques et son emploi. Le monde s'est effondré autour de lui." Quant au principal intéressé, il a déclaré qu'il allait "voir comment il pourra se sortir de cette situation".

ATS