Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Uber très prudent pour son prochain lancement

La firme américaine n'a pas abandonné ses ambitions en matière de conduite sans chauffeur, mais prend des précautions après l'accident mortel qui a provoqué la suspension de son programme en début d'année. (archive)

KEYSTONE/AP/ERIC RISBERG

(sda-ats)

Uber Technologies envisage le retour de ses voitures autonomes mais la société réputée pour son style direct adopte une approche très prudente après l'accident mortel qui a bouleversé son programme.

Quand il aura reçu le feu vert de l'Etat de Pennsylvanie, le géant américain des services de véhicules de transport avec chauffeur (VTC)a l'intention de commencer par faire rouler "une poignée" de voitures sur un court trajet entre deux locaux de la société à Pittsburgh, où Uber avait présenté pour la première fois ses véhicules autonomes en 2016, a déclaré sa porte-parole Sarah Abboud.

Ce serait la première fois qu'Uber reprendrait ses essais de conduite en ville après leur suspension il y a près de neuf mois à la suite de l'accident qui a provoqué la mort d'un piéton en Arizona.

Auparavant, Uber avait testé ses voitures autonomes sur des routes à grande vitesse, de nuit, dans des zones fréquentées par des piétons et avec un seul chauffeur de secours à l'avant.

Cette fois, les voitures ne rouleront pas la nuit ni par temps de pluie et ne dépasseront pas 25 miles à l'heure (40 km/h), a dit la porte-parole. Deux employés devront s'asseoir à l'avant et la société n'envisage pas de reprendre le transport de passagers dans ces voitures autonomes, un service qu'Uber avait lancé en 2016.

Le New York Times a été le premier à révéler mercredi les projets d'Uber.

Sarah Abboud a précisé qu'Uber attendait l'approbation du département des Transports de Pennsylvanie et ne commencerait pas les essais avant. Aucun calendrier n'est disponible.

La reprise du programme est cruciale pour Uber, qui a conclu un accord avec Volvo sur la fourniture de 24.000 voitures autonomes et un partenariat avec Toyota - qui y a investi 500 millions de dollars (440 millions d'euros) - pour le développement de véhicules autonomes.

Uber s'était initialement engagé à démarrer ses activités de conduite autonome l'été dernier à Pittsburgh mais il a été soumis à de fortes pressions de la part des autorités réglementaires et des enquêteurs fédéraux, auxquelles s'est ajouté un audit interne sur les pratiques en matière de sécurité.

Uber a publié le mois dernier un rapport sur la sécurité dans lequel il a présenté plusieurs modifications de ses procédures, notamment l'activation d'un système de freinage automatique et l'amélioration de la capacité des voitures à détecter rapidement des objets sur la route et à y réagir.

Le Conseil national de la sécurité des transports a ouvert une enquête sur l'accident survenu au mois de mars en Arizona. Ses conclusions sont attendues l'an prochain.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.