Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Confronté à un environnement de marché se dégradant au fil des mois, UBS affiche une rentabilité en fort repli au titre de 2011. Le numéro un bancaire helvétique a dégagé un bénéfice net de 4,23 milliards de francs, 44% de moins qu'un an auparavant.

Sur le seul 4e trimestre, le bénéfice net s'est inscrit à 393 millions de francs, 76% de moins qu'un an auparavant, a précisé mardi UBS. En comparaison trimestrielle, la performance affiche un tassement de 61%. Quant au résultat avant impôts sur ces trois mois, il a atteint 584 millions, en repli de 396 millions sur un an.

De manière générale, la performance s'est révélée nettement inférieure aux attentes des analystes. Interrogés par l'agence financière AWP, ces derniers tablaient en moyenne sur un résultat trimestriel de 669 millions de francs.

Réduction des bonus

Sur le trimestre sous revue, les revenus ont chuté de 16% en variation annuelle à 5,97 milliards de francs. En comparaison annuelle, ils ont reflué de 7%. En parallèle, les charges se sont réduites de 9% par rapport au 4e trimestre 2010 à 5,38 milliards de francs. Au regard des trois mois précédent, la baisse s'est fixée à 1%.

Le tassement reflète la mise en oeuvre du programme de réduction des coûts adopté durant l'exercice sous revue et qui a permis d'épargner 2,1 milliards de francs. UBS indique notamment avoir réduit l'enveloppe des bonus de 40% au regard de l'exercice précédent.

Moins d'employés

D'autre part, l'effectif du groupe s'est réduit en l'espace de trois mois de 1101 emplois à un total de 64'820 collaborateurs. Le nombre de salariés est cependant demeuré stable en glissement annuel, la banque employant 64'617 personnes à plein temps à l'issue de l'année 2010.

L'évolution s'est avérée plus favorable en matière d'afflux de capitaux, UBS ayant regagné la confiance des clients. Sur l'ensemble de l'année, le numéro un bancaire a vu ces derniers lui confier des nouveaux fonds pour un montant net de 42,4 milliards. En 2010, l'établissement avait encore essuyé des sorties nettes à hauteur de 16,4 milliards.

ATS