Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Confrontée à des marchés demeurant difficiles et à des pertes sur propre crédit, UBS affiche une rentabilité en net repli au premier trimestre 2012. Le numéro un bancaire helvétique a dégagé un bénéfice net de 827 millions de francs, 54% de moins qu'un an auparavant.

Au regard du 4e trimestre 2011 et des 319 millions de francs de bénéfice net alors engrangés, le résultat apparaît toutefois en forte hausse. Reste que la performance des trois premiers mois de l'année a subi l'impact de plusieurs éléments exceptionnels, a précisé mercredi l'établissement zurichois.

Et UBS de mentionner une perte sur crédit propre de 1,164 milliard de francs, contre un débours de 71 millions au trimestre précédent. Le phénomène reflète pour l'essentiel le rétrécissement des écarts de crédit observé sur la période sous revue. Le résultat a aussi subi l'impact négatif d'ajustements de valorisations sur passifs de 53 millions et de charges de restructuration de 126 millions.

Performance moins bonne que prévu

Autre effet unique, positif celui-ci, l'établissement a bénéficié d'une réduction des charges de personnel de 485 millions de francs, en raison de modifications apportées aux plans de retraites en Suisse. La performance s'est révélée nettement inférieure aux attentes des analystes, lesquels, interrogés par l'agence AWP, tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 1,13 milliard.

Le résultat avant impôts s'est quant à lui monté à 1,3 milliard de francs, soit 42% de moins que le niveau affiché un an auparavant. Au regard du trimestre précédent, UBS a toutefois fortement amélioré sa performance (+171%). Toutes les divisions y ont contribué.

Le résultat d'exploitation hors éléments exceptionnels est passé en l'espace de trois mois de 1,41 à 2,16 milliards de francs. La hausse illustre notamment l'accroissement des revenus de 11% à 6,53 milliards, consécutive à la confiance retrouvée des investisseurs et la reprise des marchés. Il n'en reste pas moins que les niveaux d'activité ont été moindres au regard de la moyenne observée en général en début d'année.

ATS