Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

UBS devrait finalement éviter les chiffres rouges qu'il craignait d'inscrire au troisième trimestre 2011. En dépit des 2,3 milliards de dollars perdus par un trader à Londres, le numéro un bancaire suisse estime pouvoir dégager un "léger" bénéfice net.

Ce résultat comprend la perte de 2,3 milliards de dollars liée aux opérations de négoce non autorisées découverte en septembre, ainsi qu'environ 0,4 milliard de francs de charges de restructuration associées au programme de réduction des coûts, a indiqué UBS mardi.

A ce propos, l'entreprise précise que ce programme est en bonne voie, et que la majorité des employés concernés ont été avisés. UBS avait annoncé fin août vouloir économiser 2 milliards de francs par an d'ici à fin 2013 et supprimer 3500 emplois sur 65'700.

Le résultat trimestriel bénéficie de gains sur propre crédit portant sur des engagements financiers évalués à leur juste valeur d'environ 1,5 milliard de francs, essentiellement attribuables au creusement des écarts de crédit de la banque, explique celle-ci.

Plus-value

De plus, UBS affichera une plus-value sur la vente de placements de trésorerie qui a permis de dégager près de 0,7 milliard de francs au sein de la division regroupant les activités de gestion de fortune et les affaires en Suisse.

Le groupe ajoute qu'il pourra inscrire un afflux net d'argent frais dans la gestion de fortune, d'un niveau comparable à celui du trimestre précédent. Par contre, la division Global Asset Management subira une légère sortie d'argent frais.

Les résultats seront publiés le 25 octobre et aucune mise à jour des prévisions n'est attendue avant cette date.

Action en baisse

L'action UBS a ouvert en baisse mardi à la Bourse suisse. Vers 9h15, le titre reculait de 1,04%, tout juste sous les 10 francs (9,985 francs). Il avait ouvert en contraction de 1,34%, dans un marché SMI toujours à la baisse (-1,01%) dans le contexte d'incertitude entourant la crise de la dette dans la zone euro.

Cette situation ne change pas la position du groupe, considéré comme difficile, selon un observateur. Il y a deux semaines et demi, UBS a fait connaître avoir subi une perte de 2,3 milliards de dollars dans le cadre d'une affaire de fraude commise par un de ses traders à Londres.

ATS