Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le régulateur brésilien des marchés a ouvert une enquête contre une quinzaine de banques, parmi lesquelles figurent UBS et Credit Suisse. Elles sont soupçonnées d'entente pour manipuler des taux de change et des indices de référence du marché des devises.

C'est ce qu'a annoncé jeudi le Conseil administratif de défense économique (Cade) dans un communiqué. "Il existe de forts indices de pratiques anticoncurrentielles", telles que fixation de prix et de conditions commerciales entre les institutions financières concurrentes.

Le Cade reproche également aux banques incriminées d'avoir coordonné leurs achats et leurs ventes de devises pour influer sur les indices de référence. Ces pratiques auraient porté atteinte aux conditions et aux prix payés par les clients lors d'opérations de change, en plus de "créer une distorsion des indices", souligne le régulateur brésilien.

Pas de commentaire

Ce sont des discussions échangées en ligne sur la plateforme Bloomberg, associant les banques à "un cartel" ou "une mafia", qui ont mis la puce à l'oreille des autorités. Selon celles-ci, "ces pratiques auraient duré au moins de 2007 à 2013".

Contactés par l'ats, UBS et Credit Suisse ont indiqué ne pas souhaiter faire de commentaire sur une enquête en cours.

Des enquêtes similaires menées aux Etats-Unis et en Europe avaient conduit à des amendes contre six établissements, dont UBS, d'un montant total de 9 milliards de dollars.

ATS