Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

UBS a essuyé un reflux d'argent nouveau de 1,2 milliard de francs dans la gestion de fortune, son coeur de métier. Les avoirs sous gestions ont enregistré une petite hausse à 3242 milliards, contre 3155 milliards à fin mars (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

UBS affiche une performance en progrès à l'issue du 2e trimestre 2018. Etoffant ses revenus, le numéro un bancaire helvétique a engrangé un bénéfice net de 1,28 milliard de francs, 9,4% de plus qu'un an auparavant. L'établissement zurichois a fait mieux qu'attendu.

Le bénéfice avant impôts a pour sa part progressé de 12% à 1,68 milliard de francs, a annoncé mardi UBS. Ajusté, il a atteint 1,81 milliard. Le produit d'exploitation a augmenté de 3,9% à 7,55 milliards, tandis que les charges se sont portées à 5,88 milliards, en hausse de 3,61%.

UBS a essuyé un reflux d'argent nouveau de 1,2 milliard de francs dans la gestion de fortune, son coeur de métier. Les avoirs sous gestions ont enregistré une petite hausse à 3242 milliards, contre 3155 milliards à fin mars.

Les résultats ont dépassé les prévisions des analystes consultés par l'agence AWP, lesquels tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 1,07 milliard de francs et un bénéfice avant impôts de 1,46 milliard ou 1,59 milliard ajusté.

Fidèle à son habitude, UBS est resté vague à l'heure des prévisions pour la suite de l'exercice. L'établissement a prévenu que les tensions politiques pourraient peser sur la confiance des investisseurs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS