Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le candidat UDC au Conseil fédéral et président de l'Union suisse des paysans (USP) Hansjörg Walter a été auditionné lundi par les agriculteurs du Parlement. Il compte sur le soutien de quelques agriculteurs PDC, a-t-il dit après son entretien.

La plupart des quelque 30 paysans des Chambres fédérales sont issus de l'UDC et du PLR, qui ont déjà annoncé leur volonté de remplacer Eveline Widmer-Schlumpf (PBD) par un candidat UDC. On ignore en revanche le choix que fera la dizaine d'élus PDC, proches des milieux agricoles.

"Plusieurs paysans du groupe PDC vont m'aider et cela représentera un soutien important", a déclaré M. Walter devant les journalistes après son audition. En raison de sa fonction de président du Conseil national, il ne veut toutefois pas mener de campagne active.

Rien de nouveau

Au cours de son entretien avec les agriculteurs, il a aussi été interrogé sur la stratégie de l'UDC et sur l'éventualité qu'elle attaque un siège du PLR, a précisé M. Walter. A ce sujet, il n'a pas pu donner de nouvelles informations: il suit la stratégie du parti, mais se donne la liberté de décider finalement lui-même.

La semaine passée, le Thurgovien, âgé de 60 ans, avait expliqué qu'il ne se mettait à disposition que pour une attaque contre le siège de Mme Widmer-Schlumpf.

Interrogé sur la possible absence de soutien des Vert'libéraux, Hansjörg Walter a répondu qu'il comprenait la stratégie du parti. Car s'ils aident maintenant le PBD à conserver son siège, ils pourront peut-être accéder à leur tour au gouvernement dans quatre ans.

Parmi les thèmes abordés figurait aussi la conclusion d'un accord de libre-échange agricole avec l'Union européenne, un projet qu'il rejette en tant que président de l'USP. Mais de tels sujets ne sont que des détails dans la question de savoir qui doit être élu au Conseil fédéral, a relevé le Thurgovien. Ce qui est déterminant, c'est de savoir si le Parlement veut donner un deuxième siège à l'UDC.

ATS