Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le retrait de Bruno Zuppiger, le "burn-out" de Natalie Rickli, les critiques contre Christoph Mörgeli: malgré ces divers événements, le président de l'UDC Toni Brunner considère qu'il n'y a pas de problème de personnel dans son parti. Il l'a fait savoir samedi.

Le "burn-out" de la conseillère nationale zurichoise Natalie Rickli n'a rien à voir avec les deux autres événements, a expliqué M. Brunner dans l'émission "Samstagsrundschau" de la radio alémanique DRS.

Bruno Zuppiger s'est retiré de son propre chef du Conseil national, la pression de l'"affaire de l'héritage" devenant trop forte, note M. Brunner. Cet épisode a aussi été une charge pour le parti, concède-t-il. La direction n'avait pas été informée de la décision du Zurichois de démissionner au début de la présente session.

Quant aux critiques dans les médias à l'égard de Christoph Mörgeli pour sa gestion de l'institut et musée d'histoire de la médecine de l'Université de Zurich, il s'agit selon M. Brunner d'une "attaque incroyable" et "remarquablement bien orchestrée" contre "un des politiciens les plus pointus de Suisse".

L'UDC est naturellement aussi visée, selon le St-Gallois. S'il y avait des problèmes entre M. Mörgeli et son chef, il serait normal que le chef parle d'abord à son employé, conclut M. Brunner.

Sous pression

Le conseiller national Christoph Mörgeli est sous pression depuis mardi suite à un article du "Tages-Anzeiger" faisant état d'un rapport interne critique en relation avec son travail de conservateur du musée d'histoire de la médecine.

Vendredi, l'Université de Zurich a indiqué que "depuis novembre 2011 une évaluation extraordinaire des prestations de l'activité du Pr. Christoph Mörgeli est en cours". Le rapport académique de l'Institut d'histoire de la médecine ne sera publié qu'au terme de cette procédure.

M. Mörgeli, lui, s'est défendu dans le "Landbote" et la "Limmattaler Zeitung". Il a estimé que les critiques de son supérieur étaient unilatérales, erronées et faisaient partie d'une campagne de mobbing.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS