Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La crise à l'UDC Vaud fait encore les gros titres de la presse dominicale. Cette dernière se penche également sur l'asile en Suisse et, fête nationale oblige, sur le pacte fédéral de 1291.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: La présidente de l'UDC Vaud, Fabienne Despot, aurait essayé de se couvrir, en suggérant à deux des personnes qu'elle avait enregistrées à leur insu pendant une réunion du parti, de prétendre qu'elles les avaient averties au préalable. L'une d'entre elles, "Jean-Marc Thuillard a littéralement 'pété un câble' face à cette proposition. Il ne comprenait pas comment Fabienne Despot pouvait avoir commis une telle bêtise et oser leur demander ensuite de mentir", affirme un membre influent de l'UDC Vaud au Matin Dimanche. M. Despot aurait subi un deuxième refus en leur proposant de signer un document dans lequel elles s'engageaient à ne jamais porter plainte contre elle.

Le Matin Dimanche/NZZ am Sonntag: Le PDC prépare un programme pour limiter le nombre des requérants d'asile en Suisse. Parmi ses propositions, le parti veut que la Confédération fasse pression sur l'Erythrée pour que la Suisse puisse y renvoyer les requérants d'asile déboutés "d'ici deux à trois ans", explique le conseiller aux Etats fribourgeois Urs Schwaller au Matin Dimanche. Le PDC entend aussi interdire les voyages pour les demandeurs d'asile, faire verser l'aide sociale sous forme de bons ou de prestations en nature et lever l'interdiction de travailler. Le plan doit être soumis aux délégués le 29 août.

Zentralschweiz am Sonntag: L'UDC entend s'opposer à la réforme de l'asile, si la représentation juridique gratuite proposée en fait partie. Dans ce cas, le parti lancerait un référendum, menace le président de la formation, Toni Brunner, dans Zentralschweiz am Sonntag. "Un avocat gratuit pour les requérants d'asile ne pourra jamais être institué tant que nous serons là", tonne-t-il. Pour lui, cette mesure ne ferait que prolonger le processus. Le Conseil fédéral pense au contraire que la réforme aboutirait une accélération des procédures.

Le Matin Dimanche: Jamais personne n'a essayé de voler le pacte fédéral de 1291, explique dans le Matin Dimanche Annina Michel, directrice du musée des chartes fédérales à Schwyz, où est conservé le document. "Le bâtiment est très bien sécurisé" et le pacte l'est encore davantage, ajoute-t-elle, précisant que seul l'original est exposé et qu'il n'existe aucune copie. Les deux autres pactes, ceux d'Uri et d'Unterwald, ont disparu. "Ils ont probablement été mal conservés ou détruits lors d'un incendie", selon Mme Michel.

SonntagsBlick: Le président GastroSuisse, Casimir Platzer, appelle à la fin des "Suisse-surtaxes" lors d'achats des entreprises helvétiques actives dans la restauration et l'hôtellerie. Celles-ci paient leurs produits et leurs services souvent de loin plus cher que leurs concurrents à l'étranger, déclare M. Platzer dans le "SonntagsBlick". Le secteur n'a ainsi dès le départ aucune chance d'être compétitif, selon lui. L'association faîtière se dit prête à lancer une initiative pour remédier à la situation.

NZZ am Sonntag: Pour faire face au manque de conducteurs de locomotive, les CFF ne proposent plus que des emplois à temps plein à leurs nouveaux collaborateurs, sauf cas exceptionnel. Les demandes de baisse du temps de travail ne sont en outre plus accordées depuis octobre 2014. L'entreprise a encore recruté 44 conducteurs de train dans les pays voisins, a confirmé un porte-parole des CFF à la NZZ am Sonntag. Les mesures, qui devraient déployer leurs effets à la mi-2016, ne s'appliquent pas au sixième des 2500 conducteurs de train travaillant à temps partiel.

Schweiz am Sonntag: L'importation de tabac pour pipes à eau s'est écroulée depuis le mois de mai en Suisse, en raison d'une hausse des droits de douane. L'administration fédérale a changé la taxe de 10% sur le prix de vente en un taux de 80 francs par kilogramme de tabac pour narguilé, indique Schweiz am Sonntag. La protection des mineures est la raison officielle avancée, mais apparemment il y en a une autre: la Suisse est devenue une plaque tournante de la contrebande de tabac pour les pays de l'Union européenne. En 2014, 800 tonnes avaient ainsi été importées en Suisse, ce qui correspond à une consommation par habitant de 100 kg.

ATS