Le président de la Confédération Ueli Maurer a été reçu jeudi par son homologue américain Donald Trump à Washington. L'entrevue a duré 40 minutes. Il s'agit de la première visite officielle d'un président de la Confédération à la Maison-Blanche.

Les deux hommes ont évoqué les relations économiques entre les deux pays et le mandat de puissance protectrice que la Suisse remplit pour les intérêts américains en Iran.

Ueli Maurer a déclaré devant la presse qu'il a été question de l'Iran lors de sa rencontre avec Donald Trump et son conseiller à la sécurité nationale John Bolton. Depuis 1980, la Suisse représente les intérêts américains dans ce pays.

Mandat confidentiel

Le mandat de la Suisse pour le compte des Etats-Unis est toutefois confidentiel: pour cette raison, il ne peut donner davantage de détails de ses discussions avec les Américains. "Si vous pensez que je ne suis ici qu'en raison de l'Iran, vous vous trompez", a ajouté Ueli Maurer. Il a également qualifié de "fake news" l'évocation par certains médias d'une menace de conflit armé avec l'Iran.

La situation au Venezuela a également été abordée, pays où Washington veut forcer la démission du président Nicolas Maduro. La Suisse s'est dite prête a également y représenter les intérêts américains, de même que ceux de l'Etat sudaméricain aux Etats-Unis. Jusqu'ici, Caracas n'a pas réagi à cette proposition.

Signaux positifs

Ueli Maurer affirme avoir reçu des signaux très positifs de Donald Trump pour négocier un accord de libre-échange entre la Suisse et les Etats-Unis. Même les milieux agricoles reconnaissent maintenant qu'un tel accord est aussi une opportunité pour la Suisse, estime-t-il. Le marché américain est grand et offre beaucoup de chances.

La première tentative d'un accord entre les deux pays a échoué en 2006 en raison de l'opposition des paysans. Désormais, les deux parties ont la volonté d'approfondir la coopération économique.

Enfin, Ueli Maurer garde une impression positive de la personnalité de Donald Trump. Le président américain est selon lui très ouvert, très communicatif, direct et pas compliqué. "Nous avons eu une discussion très agréable et je pense qu'on peut très bien s'arranger avec lui", a dit le ministre. "Il m'a demandé pourquoi la Suisse est si appréciée partout", a ajouté Ueli Maurer: "Apparemment, il a une très bonne image de la Suisse".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Comment votent les Suisses de l'étranger?

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

Comment votent les Suisses de l'étranger? Participez â l'enquête de la SSR !

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.