Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Certains signes "limités" laissent penser que la Russie infléchit son attitude dans le dossier ukrainien, ont déclaré jeudi de hauts responsables européens. La chancelière allemande Angela Merkel a cependant exclu toute levée des sanctions contre la Russie sans la mise en oeuvre de l'ensemble des accords de Minsk.

Edgars Rinkevics, chef de la diplomatie de la Lettonie, qui assume la présidence tournante de l'Union européenne, a estimé que les discussions menées en décembre avec la Russie avaient envoyé "des signaux" d'une nouvelle approche du conflit.

A l'issue d'un entretien avec la Haute représentante de l'UE pour la diplomatie et la politique de sécurité, Federica Mogherini, il a indiqué que l'UE cherchait le moyen d'engager un nouveau dialogue avec Moscou sur l'Ukraine.

"Nous avons conclu que nous devions trouver l'occasion d'engager un nouveau dialogue politique avec la Russie concernant les événements d'Ukraine", a déclaré Edgars Rinkevics, qui doit se rendre à Kiev et à Moscou ce week-end. Mme Mogherini a pour sa part dit avoir constaté "certains signes positifs limités du côté russe".

Fermeté allemande

A Berlin, la chancelière allemande a reçu le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk, venu pour tenter de la convaincre de maintenir la pression économique contre la Russie à une semaine de négociations de paix cruciales pour l'est de l'Ukraine.

A l'issue des entretiens, Mme Merkel s'est montrée ferme: "l'application totale du protocole de Minsk est un moyen d'obtenir une levée des sanctions. L'ensemble du protocole doit être appliqué avant que nous puissions dire que les sanctions sont levées".

Angela Merkel a ajouté qu'il était encore trop tôt pour confirmer la tenue d'une réunion internationale sur l'Ukraine le 15 janvier à Astana. Avant de la confirmer, Berlin et Paris veulent s'assurer qu'elle débouchera effectivement sur des résultats.

Aide supplémentaire de l'UE

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a par ailleurs proposé de débloquer 1,8 milliard d'euros d'aide supplémentaire pour l'Ukraine.

Cette proposition de nouvelle aide macro-financière sous forme de prêts doit encore être approuvée par les Etats membres de l'UE et par le Parlement européen. Sa mise en oeuvre sera aussi soumise à des conditions.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS