Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Ioulia Timochenko, l'ex-premier ministre ukrainien, a été inculpée d'évasion fiscale et de vol et recel de devises étrangères. L'égérie de la Révolution orange a déjà été condamnée le mois dernier à sept ans de prison pour abus de pouvoir.

Selon les services fiscaux ukrainiens, elle a dissimulé des devises à hauteur de 121 millions d'euros (environ 150 millions de francs) lorsqu'elle était à la tête de Systèmes énergétiques unis d'Ukraine dans les années 1990. Elle aurait aussi détourné des fonds budgétaires et participé à de l'évasion fiscale pour 4,3 millions d'euros (5,3 millions de francs).

Les accusations avaient été abandonnées en 2005, après que la "révolution orange" a porté Ioulia Timochenko au pouvoir, mais le bureau du procureur expliquait le mois dernier que cette décision avait été "prise à la hâte, sans raison valable".

Chasse aux sorcières

L'avocat de Mme Timochenko a rejeté vendredi des accusations selon lui "dénuées de tout fondement". Il a également indiqué que ces enquêtes "avaient été ouvertes pour des motifs politiques".

Ioulia Timochenko a déjà été condamnée le 11 octobre à sept ans de prison pour abus de pouvoir dans le cadre de la signature en 2009 d'un accord gazier avec la Russie jugé défavorable à l'Ukraine.

Mme Timochenko se dit victime d'une chasse aux sorcières orchestrée par le président Viktor Ianoukovitch, vainqueur l'an dernier de la présidentielle.

ATS