Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'ex-Première ministre ukrainienne, Ioulia Timochenko, va cesser mercredi sa grève de la faim, a annoncé mardi sa fille Evguenia. Elle avait cessé de s'alimenter le 20 avril afin de protester contre des violences présumées en prison.

Le médecin allemand Lutz Harms, venu en Ukraine pour soigner l'opposante, "va aider ma mère à mettre un terme à sa grève de la faim à partir de demain", a déclaré à la presse Evguenia Timochenko, après lui avoir rendu visite en prison à Kharkiv, dans l'est du pays.

Cette procédure prendra "une dizaine de jours, voire jusqu'à deux semaines" après quoi le programme de traitement de l'opposante, qui souffre de graves problèmes de dos, va pouvoir commencer, a-t-elle ajouté.

Mme Timochenko, 51 ans, a accepté d'être placée mercredi dans un hôpital public de Kharkiv à condition d'être soignée par ce médecin allemand qui se trouvera en permanence à ses côtés, a encore précisé sa fille.

Sommet annulé

Le même jour, l'Ukraine a annoncé l'annulation d'un sommet de dirigeants d'Europe centrale prévu en fin de semaine à Yalta, qui a été boycotté par nombre d'entre eux pour protester contre le sort de l'ex-Première ministre.

"L'Ukraine juge raisonnable de repousser à plus tard le sommet des chefs d'Etat d'Europe centrale et de ne pas l'organiser les 11 et 12 mai à Yalta, les présidents de plusieurs pays européens ne pouvant pas y participer", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Une douzaine de présidents étaient invités à ce sommet, mais presque tous ont renoncé à y participer, certains évoquant directement l'affaire Timochenko. Dernier exemple en date, le président monténégrin, Filip Vujanovic, a annoncé lundi qu'il ne participerait pas à cette réunion en raison du "traitement subi en prison" par l'opposante Ioulia Timochenko.

ATS