Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le président ukrainien Petro Porochenko a fait part de son "optimisme" vendredi quant à l'évolution du processus de paix en Ukraine. Il a souligné que le cessez-le-feu n'était plus un rêve désormais.

"J'ai promis que j'apporterai la paix et la prospérité en Ukraine et je fais de mon mieux pour tenir ma parole", a déclaré le président devant les invités de la conférence internationale annuelle Yalta European Strategy (YES) à Kiev.

"Les récentes discussions sous le format Normandie il y a deux jours ont renforcé mon sentiment d'optimisme prudent. Le cessez-le-feu tient depuis près de deux semaines et n'est plus un rêve désormais", a-t-il lancé.

Les dirigeants français, allemand, ukrainien et russe ont salué mercredi soir lors d'un entretien téléphonique le fait que le nouveau cessez-le-feu était "globalement respecté".

Ce cessez-le-feu a été décrété le 1er septembre, officiellement pour ne pas assombrir la rentrée scolaire dans l'est de l'Ukraine, où les violences ont fait près de 8000 morts depuis leur déclenchement en avril 2014.

Imprévisibilité russe

Cette énième trêve semble pour l'heure la plus solide: pendant ses sept premiers jours, aucun militaire n'a été tué dans les combats. Mardi et mercredi, Kiev a néanmoins annoncé la mort de deux militaires, après des accrochages isolés avec les rebelles.

Le président Porochenko a prévenu que le risque d'escalade n'avait pas disparu. "Aucun soldat russe, aucun tank russe n'est rentré en Russie. (...) Les agissements russes sont imprévisibles", a-t-il affirmé.

Kiev et les Occidentaux accusent la Russie d'armer les rebelles de l'Est et d'y avoir déployé des troupes régulières, ce que Moscou dément catégoriquement.

Elections locales "dissidentes"

Autre point sombre potentiel: la tenue d'élections locales sans l'aval de Kiev dans l'Est, contre lesquelles le président ukrainien a mis en garde. "Nous devons empêcher la tenue de fausses élections dans le Donbass, car cela ruinerait de nouveau le processus de Minsk", a-t-il souligné.

En vertu des accords de paix de Minsk 2 conclus en février, des élections locales doivent se tenir dans la zone du conflit avant la fin 2015 en conformité avec la loi ukrainienne et les normes internationales.

Les autorités de Kiev ont prévu des élections le 25 octobre mais les rebelles prorusses veulent tenir ce scrutin selon leurs propres règles et à des dates différentes, le 18 octobre à Donetsk et le 1er novembre à Lougansk.

ATS