Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'explosion qui a causé la mort d'une mère et de sa fille à Yverdon-les-Bains (VD) est due à un écoulement de gaz naturel dans les conduites de l'immeuble. L'enquête se poursuit pour déterminer les responsabilités.

Le gaz provenait du réseau de distribution. La fouille minutieuse des décombres n'a pas permis de découvrir de bonbonnes ou autres contenants ayant pu être à l'origine de l'explosion, a indiqué vendredi la police cantonale.

Plusieurs locataires de l'immeuble ont déclaré avoir senti une odeur de gaz dès 11h00 le 25 octobre, jour de l'explosion. Ces émanations coïncident avec les contrôles des vannes de gaz effectués ce matin-là dans la chaussée par deux ouvriers du Service de l'énergie de la commune. Ces contrôles, qui ont lieu tous les deux ans, impliquent une rapide manoeuvre des vannes.

Infiltré dans l'immeuble

Les enquêteurs ont constaté qu'en ouvrant la vanne de branchement dans la route, du gaz passe par la conduite de raccordement du bâtiment sinistré, ce qui a permis au gaz de circuler dans les anciennes conduites à l'intérieur de l'immeuble.

Le gaz s'est ensuite infiltré dans plusieurs appartements par les conduites désaffectées. Au 4e étage, une source de chaleur a enflammé le mélange gazeux, produisant l'importante explosion qui a partiellement détruit l'immeuble, tuant la locataire et sa fille.

Responsabilités

Les enquêteurs poursuivent leurs investigations afin de déterminer les éventuelles responsabilités pénales dans cette affaire. Ils établiront quelles normes en vigueur n'auraient pas été respectées dans ce cas précis.

Dans un communiqué, la ville d'Yverdon a tenu à apporter vendredi soir "quelques informations complémentaires". "A ce stade de l'enquête, aucun élément ne permet de considérer que les manoeuvres effectuées ce jour-là, sont à l'origine de l'explosion", écrit-elle en référence aux contrôles opérés par les monteurs, auxquels les autorités apportent "leur soutien".

Du côté des sinistrés, les locataires de l'immeuble attenant ont retrouvé leur appartement vendredi en fin d'après-midi, a indiqué Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la police vaudoise.

Le relogement des habitants de l'immeuble sinistré est aussi en bonne voie. Sur quatorze ménages, dix ont déjà signé des baux pour un nouvel appartement proposé par la gérance.

ATS