Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les familles sont particulièrement touchées par la hausse des primes d'assurance maladie, dénonce Rebecca Ruiz (PS/VD), à la tête du Service aux patients Suisse occidentale (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

La hausse des primes pour 2017 est "un nouveau coup dur" pour les assurés et surtout pour les familles, a indiqué lundi à l'ats Rebecca Ruiz, présidente du Service aux Patients Suisse occidentale. C'est à nouveau la population qui trinque.

Les hausses annoncées lundi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) frapperont durement les familles puisqu'elles concernent notamment les enfants et les jeunes adultes, a indiqué la conseillère nationale (PS/VD).

Or le contexte au Parlement n'est guère favorable aux patients, selon elle. La majorité de droite veut durcir toutes les conditions générales liées à l'assurance maladie. Elle veut par exemple augmenter les primes les plus basses ou bloquer pour trois ans les assurés qui choisissent une franchise élevée de 2500 francs, a cité en exemple la Vaudoise.

Ce n'est pas en augmentant la participation des assurés aux frais de santé que l'on résoudra le problème. "Une telle logique conduit à une médecine à deux vitesses où les plus démunis vont de plus en plus renoncer aux traitements", prédit la socialiste.

Echec des politiques

Pour l'association des consommateurs alémanique (SKS), la hausse des primes est un échec causé par les politiques, l'administration et les prestataires de soin.

Les autorités plient sous la pression des lobbys, tandis que les hôpitaux et les médecins maximisent leurs profits au lieu de promouvoir la qualité des soins. Ce sont une fois de plus les assurés qui doivent supporter ces coûts disproportionnés et qui sont directement touchés par ces déficits en matière de qualité de soins, écrit la SKS lundi dans un communiqué.

Selon l'organisation, des réformes sensées du système de santé sont nécessaires. Il s'agit premièrement du tarif TARMED pour les prestations ambulatoires: il n'est plus du tout actuel.

Les règles de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) posent également problème, car elles permettent à l'industrie pharmaceutique de bloquer les corrections de prix. Avec ces "subventions pharma cachées", plusieurs centaines de millions de francs sont épargnés, estime la SKS. Une surabondance des soins en est un autre: 20 à 30% des mesures médicales sont superflues, selon l'association.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS