Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Inoxydable Roger Federer! Le Bâlois a cueilli à 35 ans et 342 jours son 8e titre à Wimbledon, le 19e en Grand Chelem.

Vainqueur d'un Marin Cilic certes diminué dimanche en finale, Roger Federer aura donc mis moins de sept mois pour balayer les doutes nés le 26 juillet 2016 lorsqu'il avait annoncé mettre un terme à sa saison. Héroïque lauréat d'un Open d'Australie 2017 qu'il avait abordé sans aucun repère, il a remis le couvert sur "son" gazon de Church Road, alors qu'il était attendu au tournant. Et avec la manière qui plus est, puisqu'il s'est imposé sans lâcher le moindre set. Un exploit qu'il n'avait réalisé qu'une seule fois dans un "Major", lors de l'Open d'Australie 2007, alors qu'il régnait quasiment sans partage sur la planète tennis depuis près de trois ans.

Joueur le plus "vieux" à triompher à Wimbledon dans l'ère Open, Roger Federer est simplement le deuxième homme après Ken Rosewall à s'adjuger plusieurs trophées majeurs après avoir passé le cap des 35 ans. Le temps semble avoir suspendu son vol: c'est la première fois depuis 2009 que le Maître conquiert deux titres du Grand Chelem au cours de la même année. Il s'était alors imposé pour la première fois à Roland-Garros puis pour la sixième fois à Wimbledon, égalant puis battant le record alors détenu par Pete Sampras (14 sacres majeurs). Il avait aussi récupéré une place de no 1 mondial cédée onze mois plus tôt à Rafael Nadal.

Le Bâlois, qui était également redevenu no 1 mondial après son septième titre londonien en 2012, ne réalise cette fois-ci pas un tel coup double. Mais ce n'est peut-être que partie remise: lundi, il grimpera à la 3e place mondiale, lui qui avait reculé jusqu'au 17e rang avant d'entamer l'Open d'Australie 2017. Il n'accusera que 1205 points de retard sur le no 1 mondial Andy Murray, qui est touché à la hanche et a pas moins de 5460 points à défendre d'ici la fin de saison...

Cette place de no 1, qu'il a quittée pour la dernière fois le 5 novembre 2012 après l'avoir occupée pendant un total hallucinant de 302 semaines, Roger Federer ne peut désormais qu'en faire un objectif. Il a maintes fois souligné cette saison qu'il n'allait pas modifier son planning dans cette optique, même après que son doublé Indian Wells/Miami lui avait permis de prendre le large à la Race. Ce choix pourrait bien également s'avérer judicieux.

Forfait pour toute la saison sur terre battue, Roger Federer a certes vu Rafael Nadal triompher pour la 10e fois à Roland-Garros pour cueillir son 15e trophée majeur et prendre à son tour ses aises en tête du classement 2017. Mais il a aussi vu Novak Djokovic et Andy Murray perdre un peu plus pied, tant sur le plan physique que mental. Pendant ce temps, le Bâlois a pu recharger tranquillement ses batteries et préparer une deuxième partie de saison qui lui a si souvent souri.

Le temps a bien suspendu son vol. Les amateurs de tennis ont à nouveau droit à un duel entre le maestro Roger Federer et le taureau Rafael Nadal, qui devrait constituer le fil rouge de cette fin d'année. Le gaucher espagnol possède pour l'heure un léger avantage, avec une marge de 920 points au classement technique et seulement 370 points à défendre jusqu'à la fin de l'année. Mais Roger Federer a, quant à lui, 0 point à défendre jusqu'au terme de la saison. Il visera un cinquième titre lors de l'US Open (28 août-10 septembre), où Rafa n'a gagné que deux fois. Le Bâlois a les moyens d'ajouter un nouveau chapitre à sa légende en devenant le plus "vieux" no 1 mondial de l'histoire. N'a-t-il pas conclu chacune des années au cours desquelles il a conquis au moins deux titres du Grand Chelem (2004, 2005, 2006, 2007, 2009) à la 1re place mondiale?

ATS