Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Tennis - Roger Federer s'est comme prévu approprié le record du nombre de matches remportés en Grand Chelem.
Le Bâlois (no 3) a cependant souffert plus qu'escompté avant de savourer ce 234e succès dans un tournoi majeur - un de plus que Jimmy Connors - au 2e tour à Roland-Garros. Une grosse baisse de régime lui a coûté son premier set de la quinzaine face au modeste Adrian Ungur (ATP 92), battu 6-3 6-2 6-7 (6/8) 6-3 après avoir sauvé deux balles de match dans le jeu décisif de la deuxième manche.
Roger Federer ne pourra pas se permettre les mêmes errements au moment de retrouver des joueurs de la trempe de Juan Martin Del Potro (no 9) ou Tomas Berdych (no 7), qu'il pourrait affronter en quart de finale. Heureusement pour lui, l'homme aux 16 trophées du Grand Chelem a droit à deux derniers tours de chauffe.
Les défaites subies dès le 1er tour par Feliciano Lopez (no 15), Radek Stepanek (no 23) et Andy Roddick (no 26) lui offrent en effet un boulevard puisqu'il ne retrouvera pas de tête de série avant les quarts de finale. Il semble en tout cas à l'abri d'une mauvaise surprise au 3e tour face à Nicolas Mahut (ATP 89). Il n'a pas lâché le moindre set en trois affrontements avec le Français, dont la terre battue n'est qui plus est pas la surface préférée.
Roger Federer n'a certes mis que 2h27' pour venir à bout d'Adrian Ungur. Le Bâlois n'a cependant pas su gérer le relâchement devenu quasiment inévitable lorsqu'il mène deux manches à zéro. Il parvenait à sauver deux balles de set sur son engagement dans le dixième jeu, mais manquait deux balles de match successives à 6/4 dans un tie-break dont il perdait les quatre derniers points.
Auteur de 50 coups gagnants mais "coupable" de 40 fautes directes, Roger Federer avait pourtant su se mettre rapidement à l'abri dans les deux premiers sets. Il signait à chaque fois le break d'entrée, ce qui lui permettait d'évoluer ensuite de manière relâchée. Il négociait également parfaitement l'ultime manche, profitant parfaitement d'un premier jeu de service mal négocié par Adrian Ungur.

ATS