Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Stan Wawrinka (no 5) jouera mercredi à l'US Open son quatrième quart de finale de l'année en Grand Chelem, le neuvième dans les onze dernières levées.

Le champion de Roland-Garros ne s'est pas pleinement rassuré sur son état de forme lundi, mais a assuré l'essentiel en dominant le gaucher américain Donald Young (ATP 68) 6-4 1-6 6-3 6-4. Il est ainsi, avec Novak Djokovic (no 1) - et en attendant le 8e de finale d'Andy Murray (no 3) -, le seul joueur à avoir atteint ce stade de la compétition lors des quatre "Majors" de l'année. Cela en dit long sur la constance qui est désormais la sienne dans les grands rendez-vous. Pour mémoire, il n'avait joué que trois quarts de finale dans ses 34 premières apparitions en Grand Chelem!

Stan Wawrinka, qui n'avait pas donné sa pleine mesure au tour précédent - vraisemblablement en raison d'une douleur à l'épaule droite -, est apparu beaucoup plus relâché dès ses premiers coups de raquette lundi. Il a ainsi signé le premier break dès le troisième jeu, sur un monumental retour de revers. Et sa première balle de service a été chronométrée en moyenne à 190 km/h, contre 178 km/h dans son 3e tour face à Ruben Bemelmans...

es trois sets remportés lundi sont sans doute les meilleurs qu'il a livrés dans ce tournoi. Le Vaudois a néanmoins connu un de ces fameux "trous". Le "Dr Stanimal" se transformait ainsi en un "Mr Stanford" qui livrait un deuxième set catastrophique au cours duquel une de ses raquettes n'échappait pas à son triste sort. Il reprenait cependant définitivement le dessus sur son double dès l'entame de la troisième manche, dont il remportait les cinq premiers jeux. Un break signé d'entrée de quatrième set lui permettait de faire définitivement la différence.

Le stade des quarts de finale est un véritable juge de paix pour Stan Wawrinka en Grand Chelem, comme il l'avait rappelé avant le tournoi. Il s'imposera de facto comme un prétendant au titre à Flushing Meadows s'il prend le meilleur sur l'Ecossais Andy Murray ou le Sud-Africain Kevin Anderson (no 15) mercredi. Mais il devra laisser "Mr Stanford" aux vestiaires pour espérer atteindre pour la cinquième fois le dernier carré d'un tournoi majeur.

Stan Wawrinka préférerait peut-être paradoxalement défier Andy Murray, qui mène 8-6 dans leur face-à-face mais s'est incliné lors de leurs deux derniers affrontements à New York (au 3e tour en 2010 et en quart de finale en 2013). Le champion olympique 2008 de double reste en effet sur quatre défaites face au grand Kevin Anderson (2m03), dont trois subies l'an dernier sur des courts en dur.

ATS